Voyager 1 continue de fonctionner après que ses dysfonctionnements aient été résolus.

En mai dernier, la sonde Voyager 1 a donné quelques frayeurs aux scientifiques qui la surveillaient depuis la Terre. Un défaut inconnu a provoqué l’envoi de données télémétriques sauvages. Globalement, la sonde ne semblait pas en danger, mais les informations qu’elle renvoyait étaient inutilisables. Pour éviter tout problème supplémentaire, il a été décidé d’arrêter plusieurs de ses fonctions jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée. Cela nous a obligés à perdre certaines informations intéressantes, mais en contrepartie, cela a permis de les réparer enfin.

C’est ce qu’a récemment annoncé la responsable du projet Voyager au Jet Propulsion Laboratory de la NASA en Californie, Suzanne Dodd. Comme elle l’a expliqué dans une déclarationil semble qu’il y ait d’autres défauts non détectés. Cependant, avec les réparations qui viennent d’être effectuées, les données télémétriques sont maintenant parfaites.

Grâce à cela, Voyager 1 peut redevenir pleinement opérationnel, repoussant d’autant la retraite qui ne viendra jamais. Alors qu’il ne devait initialement avoir qu’une durée de vie utile de cinq ans, il fonctionne maintenant depuis 45 ans. Ce serait bien s’il pouvait atteindre l’âge de 50 ans.

Une solution inattendue pour Voyager

Depuis le mois de mai, les scientifiques de la NASA tentent de résoudre les problèmes de Voyager 1. Ce n’est pas facile, étant donné qu’au moment du dysfonctionnement, la sonde se trouvait à 23,5 milliards de kilomètres de notre planète. Cependant, ils ont finalement trouvé la faille.

Ils ont observé que Voyager 1 avait commencé à envoyer des données à partir d’un ordinateur de bord qui avait cessé de fonctionner il y a des années. L’ordinateur, étant obsolète, traitait les données de manière incorrecte, altérant les informations. Lorsque les ingénieurs en charge du projet ont remarqué ce curieux phénomène, ils ont essayé d’envoyer la commande de traitement des données depuis un autre ordinateur. Et, voilà, la télémétrie était revenue à ce qu’elle était.

Mais il reste un mystère : pourquoi Voyager a décidé de changer la façon dont il envoyait les données ? Ceci, explique la NASA dans le communiqué, doit indiquer qu’il existe une commande défectueuse qui n’a pas encore été résolue. Mais peut-être n’est-ce pas nécessaire. Après tout, tout semble être revenu à la normale.

Report de la retraite

Voyager 1 et Voyager 2 ont été envoyés dans l’espace en 1977, à un mois d’intervalle seulement. Leur objectif était d’étudier ces endroits lointains que d’autres sondes n’avaient pas pu atteindre. Ils avaient cinq ans pour le faire, mais ils ont travaillé si dur qu’il a été décidé d’étendre leur mission de plus en plus loin.

Depuis lors, ils ont renvoyé vers la Terre des informations très utiles sur les confins du système solaire. Les données concernant Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton ont permis aux scientifiques d’en apprendre beaucoup plus sur ces planètes.

C’est vrai, il y a eu quelques frayeurs. Il n’y a pas que Voyager 1 qui a eu des problèmes. Certains problèmes ont également été détectés sur Voyager 2. Mais jusqu’à présent, tout fonctionne. Cette fois, les scientifiques peuvent pousser un soupir de soulagement, car après avoir réglé le problème, la sonde n’a pas activé son mode de sécurité. Cela signifie que tout se passe bien et qu’il n’est pas nécessaire d’hiberner pour corriger les erreurs. Bien sûr, au moment de la retraite, elle sera plus que méritée, mais ce ne sera pas aujourd’hui. Et il ne semble pas que ce soit pour tout de suite.

&#13 ;

Afficher Masquer le sommaire