Votre téléphone et votre Tesla se connecteront à Starlink sans que vous ayez à faire quoi que ce soit.

T-Mobile, l'opérateur américain, a annoncé un accord avec SpaceX pour d'apporter Starlink, le service Internet par satellite de la société, aux clients de l'opérateur.

L’idée, telle qu’elle a été décrite par Mike Sievert (PDG de T-Mobile) et Elon Musk, est de fournir une connectivité dans les parties du pays où il n’y a pas de couverture en raison de l’absence d’antennes terrestres pour fournir le service.

Dans un premier temps, le service offrira une bande passante comprise entre 2 et 4 Mbps. L’objectif est que, dans un premier temps, les clients puissent envoyer des SMS, des MMS et même utiliser certaines applications de messagerie. La seule condition requise sera une vue dégagée du ciel afin d’établir une connexion au réseau satellitaire de Starlink.

La société indique qu’une fois le développement terminé, le service sera disponible dans tous les États-Unis, à Hawaï, dans certaines parties de l’Alaska, à Porto Rico et dans les eaux territoriales. En principe, il n’y aura pas de coût supplémentaire pour ceux qui disposent de l’un des plans les plus populaires de la société.

Ce système sera basé sur les satellites Starlink V2 qui sera lancé au cours de l’année prochaine et sera capable de transmettre des signaux directement aux téléphones mobiles – sans avoir besoin d’accessoires ou de devoir acheter un nouveau téléphone. En d’autres termes, ils fourniront un service depuis l’espace en utilisant les mêmes fréquences et technologies que celles utilisées dans les réseaux cellulaires classiques, ce qui facilitera l’adoption par les consommateurs. Les essais avec les clients de T-Mobile, comme annoncé par les deux parties, commenceront à la fin de l’année prochaine dans certaines régions des États-Unis.

A lire :   Les voitures électriques représentent déjà 10 % des ventes totales en 2022

Les Tesla se connecteront également à Starlink.

Les projets de SpaceX ne s’arrêtent toutefois pas à son accord avec T-Mobile. Elon Musk l’a confirmé sur Twitter, Une fois que les satellites V2 de Starlink seront opérationnels, ils seront également en mesure de desservir les voitures Tesla.qui utilisent actuellement les réseaux des transporteurs nationaux pour des fonctions telles que l’état du trafic en direct, les cartes, les informations sur le trafic, les informations sur le trafic, et streaming de services multimédia ou encore les mises à jour de logiciel.

Le magnat n’a pas donné de détails sur le moment et la manière dont la future connexion des voitures Tesla aux satellites Starlink fonctionnerait, mais le fait que cette option ne soit pas seulement sur la table, mais qu’elle soit poursuivie, est certainement intéressant.

Initialement, il serait logique que la connectivité Tesla à Starlink coexiste avec la connectivité au réseau 4G.. Avant tout, pour la performance. Un réseau 4G est capable de fournir une bande passante bien plus élevée que les 2 à 4 Mbps promis par les nouveaux satellites de Starlink pour le moment. Toutefois, dans les situations où le réseau 4G est inexistant, le service de SpaceX peut être d’une grande aide.

A lire :   Tesla veut aussi devenir une entreprise électrique

Le potentiel de l’internet par satellite

L’accord conclu par SpaceX avec T-Mobile et la connexion possible des voitures Tesla sont deux exemples des multiples utilisations d’un service d’internet par satellite tel que Starlink. On s’attend à ce que, dans un avenir pas trop lointain, Starlink fournisse également une connectivité internet dans les avions. En fait, la FCC, l’autorité américaine de régulation des télécommunications, a déjà annoncé que Starlink serait disponible dans un avenir proche.

Ces nouvelles utilisations s’ajoutent à celles de tous les clients qui ont souscrit au service domestique de Starlink, qui nécessite l’installation d’une antenne parabolique, le paiement d’une redevance mensuelle et la mise en place d’un système d’alarme. offre des vitesses comparables à celles de la fibre optique ou de la 5G.

Afficher Masquer le sommaire