Un cheval de Troie : comment la toxoplasmose féline s’est propagée dans le monde entier

Bien que l'homme ne soit pas menacé par cet agent infectieux, il convient d'examiner une série de nouvelles études qui montrent pourquoi il est le parasite le plus performant au monde.

Depuis quelques années, lorsqu’on entend parler de toxoplasmose, on l’associe inévitablement aux chats. Bien qu’il puisse également se manifester chez d’autres animaux de compagnie courants comme les chiens, la cible privilégiée du parasite techniquement connu sous le nom de toxoplasma gondii est le félin. Les humains peuvent être rassurés (nous avons assez de soucis avec les autres virus), car si nous sommes infectés, nous ne le remarquerons probablement même pas (on pense que plus de la moitié de la population mondiale a développé des anticorps contre ce virus). Dans les cas graves, il peut provoquer des maladies assez sérieuses comme la psychose ou la schizophrénie, mais en règle générale, c’est un parasite qui touche surtout les animaux domestiques.

On dit que c’est « un parasite zombie« . Cela s’explique par le fait qu’il pénètre facilement dans l’estomac des chats. Tout d’abord, il choisit comme hôte les souris et autres rongeurs dont les chats ont tendance à se nourrir. Il s’infiltre alors dans leur estomac et leurs intestins, se reproduisant par le biais de leurs excréments. En outre, les déchets de ces animaux ont tendance à ne pas sentir du tout, ce qui leur permet d’attirer davantage de proies et d’habiter d’autres corps.

A lire :   Julien Bert : une transformation impressionnante exposée sur les réseaux, vous serez choqué !

C’est ce qu’explique Athena Aktipis, professeur au département de psychologie de l’Arizona State University, qui a confirmé dans une interview au magazine Salon que c’est précisément par l’odorat que les rongeurs s’approchent du territoire des félins, les attirant dans le piège de leur proie. Tout le monde y gagne : le chat parce qu’il chasse davantage et le parasite parce qu’il se reproduit dans beaucoup plus de corps.

Il cible d’abord les cellules immunitaires pour y exister secrètement, en s’infiltrant dans le reste du corps.

Les humains, en particulier ceux qui vivent avec des animaux domestiques, sont susceptibles d’être infectés, mais il n’y a pas lieu de s’inquiéter : comme nous l’avons dit, chez les personnes en bonne santé, elle présente rarement des complications, bien que chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli ou chez les bébés nés de femmes qui ont été infectées pendant la grossesse, elle puisse causer des dommages au cerveau, aux poumons et à d’autres organes vitaux.

Un cheval de Troie

Les scientifiques ont récemment découvert que l’astuce utilisée par le parasite de la toxoplasmose pour survivre et se reproduire en a fait l’une des formes de vie les plus dominantes de la nature. En effet, rien qu’aux États-Unis, plus de 60 millions de personnes ont cet hôte minuscule dans leur destin, ce qui en fait un roi dans le monde des protozoaires. Il utilise la tactique du « cheval de Troie », comme l’ont surnommé les scientifiques, en ciblant d’abord les cellules immunitaires, ses ennemis naturels, puis en s’y installant secrètement, en infiltrant le reste de l’organisme.

Ce qui a été le plus propice à sa diffusion rapide et généralisée, c’est la domestication des chats et la mondialisation des échanges.

De nouvelles recherches publiées dans la revue scientifique Cell Host & Microbe ont montré que Toxoplasma gondii utilise une protéine appelée GRA28 pour se rendre indétectable par les mécanismes de défense de l’organisme et « reprogrammer » ensuite le système immunitaire. Tout d’abord, il attaque les phagocytes, les « bons » microbes qui protègent l’organisme des agents étrangers. Plus précisément, il se dote de cellules dentritiques, qui lui collent  » au derrière  » pour ne pas être reconnu par les autres cellules, comme s’il se déguisait pour ne pas être détecté.

A lire :   Covid-19 : la rentrée scolaire est-elle un facteur pouvant multiplier le nombre de contaminations ?

« Il est vraiment surprenant de voir comment ce parasite parvient à voler l’identité des cellules immunitaires de manière aussi astucieuse« , déclare Antonio Barragan, auteur principal de l’étude, comme le rapporte Salon. « Nous pensons que ces résultats peuvent expliquer pourquoi la toxoplasmose se propage si efficacement dans l’organisme lorsqu’elle infecte les humains et les animaux. »

Une autre étude publiée dans Nature Communications, qui a séquencé le génome du parasite, a révélé que c’est la domestication des chats et la mondialisation du commerce qui ont été les plus propices à sa propagation rapide et généralisée. En fin de compte, comme pour les pandémies qui nous affligent depuis quelque temps, il est étonnant de voir comment les plus petits agents biologiques profitent des conditions sociales de l’époque pour prospérer et s’en tirer.