tout ce que vous devez savoir sur Artemis

Lundi prochain, 29 aoûtLe programme Artemis, avec lequel des humains retourneront sur la lune, fera ses premiers pas. Il reste encore du chemin à parcourir avant de voir des astronautes marcher sur notre satellite. Il s'agira d'un essai sans équipage pour vérifier que le navire est capable d'atteindre sa destination sans problème.

Mais au moins, il s’agit d’un coup d’envoi bien nécessaire, qui nous rapproche de la deuxième partie tant attendue de l’histoire de l’UE. la course à l’espace.

En 1969, lorsque le Apollo 11 a atterri sur la Lune pour la première fois, certains tests avaient déjà été effectués. Cependant, il est vrai que les premiers hommes qui s’y sont rendus n’étaient pas sûrs de ce qu’ils allaient trouver. Il suffit de voir la suspicion avec laquelle Neil Armstrong a quitté le vaisseau spatial.

Mais les choses sont très différentes maintenant. En plus des autres missions Apollo, qui ont continué à transporter des humains sur la Lune jusqu’en 1972, une multitude d’autres missions ont été lancées. missions non habitées visant à apprendre à connaître le terrain. La poussière lunaire a été analysée, les meilleurs sites d’atterrissage ont été étudiés, les meilleurs moyens de communiquer avec la Terre ont été étudiés… Cette fois-ci, ce sera différent car, en plus, le programme Artemis n’est pas une petite expédition comme les missions Apollo. L’objectif est de construire un base lunaire et pour cela, il est important d’étudier la situation en profondeur.

Partenaires du programme Artemis

Si la course à l’espace est parfois conçue comme une compétition visant à déterminer quels pays franchiront les premières étapes, il est plus que prouvé que les meilleurs résultats proviennent de la collaboration entre plusieurs agences spatiales. Afin de renvoyer des humains sur la lune, une série d’accords ont été signés impliquant plusieurs de ces agences. Le programme Artemis comprend La NASA ainsi que les agences spatiales européenne (ESA), japonaise (JAXA), canadienne (CSA), mexicaine (AEM), brésilienne (AEB) et australienne (ASA).

L’objectif de tous ces projets est de ramener les humains sur la Lune, plus précisément sur son pôle sud. Il est important de souligner que des « humains » y seront emmenés. L’idée d’emmener l’homme sur la lune est dépassée, puisqu’il est prévu que la prochaine personne à poser le pied sur la lune soit… une femme. L’équipage comportera également des hommes, mais il est prévu que le rôle de Neil Armostrong soit désormais tenu par une femme astronaute. On ne sait pas encore de qui il s’agit. En 2020 La NASA a présenté une nouvelle équipe d’astronautes diplômés.composé de 6 femmes et de 7 hommes. Les chanceux pourraient venir de là, mais nous devrons attendre pour en être sûrs.

Les véhicules pour atteindre la Lune

Pour propulser les astronautes sur la Lune, le programme Artémis compte sur une technologie de pointe système de lancement spatial (SLS) beaucoup plus puissant que la fusée Saturn V qui a propulsé les missions Apollo. En fait, permettra d’obtenir 15 % de poussée en plus. D’une hauteur de 98 mètres, il se compose de quatre versions : Bloc 1, bloc 1B, bloc 2 et bloc 2B.. Chacun est plus puissant que le précédent, avec la capacité de propulser 70 et 97,5 tonnes pour les blocs 1 et 1B et 143 tonnes pour le bloc 2. En bref, ce sont les fusées les plus puissantes jamais créées.

Celui qui sera lancé lundi sera le bloc 1. Orionun engin spatial développé en collaboration avec l’ESA, qui sera également chargé d’emmener des humains sur la Lune.. Aucun autre véhicule ne sera impliqué dans ce premier test, puisqu’il n’ira que jusqu’à l’orbite lunaire. Une fois sur place, il passera 6 jours en orbite autour de la Lune, puis rentrera chez lui. A l’époque du premier vol habité, en revanche, la Plate-forme orbitale Lunar Gateway. Il s’agit d’un orbiteur lunaire auquel Orion sera attaché, une fois qu’il aura atteint sa destination autour de notre satellite. Il sera composé de plusieurs modules, qui commenceront à être mis en place en 2024, à l’aide d’un système d’alerte précoce. Le Falcon Heavy de SpaceX.

Ainsi, nous aurions déjà les astronautes d’Artemis en orbite autour de la Lune. Mais nous devons encore atterrir sur la lune. Et pour cela, ils disposeront d’un atterrisseur pour lequel plusieurs projets ont été présentés, tels que l’atterrisseur d’exploration avancée et le système d’atterrissage humain.. En fin de compte, cependant, il s’agira d’une version modifiée du vaisseau spatial de SpaceX qui effectuera la livraison des astronautes.

Les objectifs du programme Artemis

Le programme Artemis comporte plusieurs objectifs. D’une part, on s’attend à ce que les Passerelle remplacer le Station spatiale internationale (ISS) comme un lieu d’expérimentation spatiale et d’entraînement des astronautes. Les pannes subies par l’ISS ces dernières années sont bien connues, de sorte que les plans de mise hors service sont de plus en plus à court terme. La construction de Gateway offrirait un nouveau site pour ces missions.

Mais on espère également que les astronautes qui arriveront lors des lancements successifs du programme Artemis pourront étudier la Lune de manière plus approfondie. Et aussi d’y établir une base, qui servira à la fois pour l’étude in situ du satellite et pour disposer d’une station-service entre la Terre et d’autres planètes, comme Mars.

Ce serait à plus long terme, mais on espère qu’à l’avenir les astronautes qui se rendront sur la planète rouge pourront faire escale dans la base construite sur la lune. C’est un long chemin à parcourir. En effet, si l’arrivée des premiers humains sur le territoire de Sélénite a été initialement placée à la surface de la lune, elle est encore loin. en 2024il est possible qu’elle finisse par être reportée. Nous ne savons pas quand tout cela se produira, mais ce qui est clair, c’est que, pour que cela se produise, le lancement de lundi doit être un succès.

Afficher Masquer le sommaire