Sous la pression WhatsApp cède face à l’Europe il devra être plus transparent avec ses utilisateurs !

a pris une mesure importante pour rendre ses opérations plus transparentes dans l'Union européenne. Comme rapporté par la Commission européenne, l'application de messagerie s'est engagée à être plus claire dans la mise en œuvre des changements apportés à ses conditions générales.

La décision a été prise après la controverse provoquée par les modifications mises en œuvre en 2021, que les utilisateurs étaient obligés d'accepter. Cela a non seulement suscité des plaintes du public, mais aussi des régulateurs. À tel point que les autorités du bloc européen ont lancé un ultimatum en 2022 pour que WhatsApp clarifie sa politique de confidentialité afin de s'assurer qu'elle ne viole pas le Règlement général sur la protection des données (RGPD).

L'entreprise permettra aux utilisateurs de rejeter plus facilement les mises à jour lorsqu'ils ne sont pas d'accord avec elles, et expliquera clairement quand un tel rejet signifie que l'utilisateur ne peut plus utiliser les services de WhatsApp“, a déclaré la Commission européenne. En outre, l'appli de messagerie a confirmé que les données personnelles de ses utilisateurs ne sont pas partagées avec des tiers à des fins publicitaires. Pas même avec , sa société mère.

A lire :   Le mystère des empreintes de chats : Pourquoi marchent-ils en ligne droite ?

De cette façon, WhatsApp vise à clore la controverse générée tout au long de 2021, qui a produit une importante réaction négative dans le monde entier. En janvier de cette année-là, la plateforme a modifié sa politique de confidentialité pour intégrer fondamentalement toutes les données de ses utilisateurs à . Le champ d'application était si large que, à l'exception des conversations, Menlo Park aurait accès à toutes les façons dont une personne a interagi avec l'application de messagerie.

Le changement était si agressif que, s'ils n'acceptaient pas les nouvelles conditions, les utilisateurs perdraient l'accès à leur compte WhatsApp. L'indignation a été immédiate et a forcé Meta à faire arrière et à mettre en place certaines exceptions. Cependant, elle n'a jamais pu se débarrasser de la mauvaise publicité liée au gambit initial.

A lire :   La chirurgie à l'ère d'Instagram, des filtres au bloc opératoire.

WhatsApp doit être plus transparent en Europe

L'engagement de WhatsApp pour une plus grande transparence avec la Commission européenne se traduira par trois actions. Premièrement, elle devra expliquer, clairement et dans un langage simple, les changements qu'elle a l'intention d'apporter à ses conditions générales et comment ils pourraient affecter les utilisateurs.

Elle devra également inclure la possibilité de rejeter ses nouvelles politiques. Mais pas seulement, puisque le “bouton” de rejet doit être tout aussi proéminent et visible que le “bouton” d'acceptation. Et enfin, elle te permettra de rejeter les notifications t'informant des mises à jour de tes politiques, et même de retarder l'examen de tes politiques.

La Commission européenne a salué l'engagement de WhatsApp à rendre ses opérations transparentes pour les utilisateurs. “Les consommateurs ont le droit de savoir ce qu'ils acceptent et ce que ce choix implique concrètement, afin de pouvoir décider s'ils veulent continuer à utiliser la plateforme“, a déclaré Didier Reynders, le commissaire européen à la justice.

A lire :   WhatsApp : les anciennes versions peuvent pirater votre téléphone, mettez à jour l'application maintenant !

L'engagement de WhatsApp à respecter la réglementation européenne et la vie privée des utilisateurs contribue sans aucun doute à aplanir les différences entre les parties. N'oublions pas qu'en novembre 2021, l'application de messagerie a été condamnée à une amende de 225 millions d'euros par l'Irlande pour avoir refusé de divulguer les données personnelles qu'elle partageait avec Facebook, et le nombre d'utilisateurs concernés.

Plongée au coeur du temps : Hamilton dévoile les éditions limitées Ventura, inspirées de ‘Dune Partie 2'

Voter pour cet article
Thomas De Luc

Je suis étudiant et je fais partie de la rédaction de contrepoint.info. J'ai la d'aimer écrire, cependant, j'aime aussi discuter de tous les sujets et particulièrement tout ce qui touche à la Science.