Situation au PS avant la présidentielle, selon Julien Dray rien ne peut se faire dans le rafistolage !

La présidentielle s’approche et la mobilisation s’observe déjà au sein des états-majors des partis politiques. Cependant, au niveau du Parti socialiste, le consensus n’y est pas.

La présidentielle s’approche et la mobilisation s’observe déjà au sein des états-majors des partis politiques. Cependant, au niveau du Parti socialiste, le consensus n’y est pas. Dans un entretien accordé au journal Le Parisien, l’ancien député Julien Dray dénonce une gestion solitaire du processus de la désignation du candidat du PS.

Julien Dray lève le ton au lendemain de la rentrée politique du Parti socialiste à Blois. En effet, à huit mois de l’élection présidentielle, le PS n’a toujours pas encore choisi son candidat. Plusieurs figures ont déjà annoncé leur candidature à la primaire, mais le mode de désignation ne fait pas l’unanimité.

Dans les colonnes du quotidien Le Parisien, l’ancien député, membre du bureau national du PS, Julien Dray dénonce la ligne de conduite imposée par le premier secrétaire du parti, Olivier Faure.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Fatima Amarir (@fati.amarir)

« Tout se fait à huis clos et à guichets fermés »

Le Parti socialiste peine à trouver en son sein une candidature consensuelle dans le cadre de la présidentielle de 2022. Pourtant, ce ne sont pas des prétendants qui manquent. La tradition recommande qu’une primaire soit organisée afin de départager les concurrents.

Le candidat désigné bénéficie par la suite du soutien de tous les autres postulants pour aller à la conquête du pouvoir. Si le principe est acté, en revanche la conduite à tenir ne convainc pas tout le monde, notamment Julien Dray.

L’ancien député ne comprend pas cette primaire interne que veut organiser la direction du parti. « En ce moment, au Parti socialiste, tout se fait à huis clos et à guichet fermé, le débat sur le projet comme la désignation ne peut pas être réduite au vote de quelques milliers de cotisants, mais doit être ouvertes aux sympathisants, comme nous l’avions fait avec Ségolène Royal en 2006 », a insisté le créateur du SOS racisme qui est pourtant membre du bureau national du parti.

Selon l’ancien député, le projet présenté par le premier secrétaire, Olivier Faure pour la présidentielle de 2022 n’est pas à la hauteur de ce que la famille socialiste est en droit d’attendre. Surtout après une crise sanitaire comme celle de la covid-19.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Le Point (@lepointfr)

Rien ne presse

Julien Dray s’aligne sur la demande d’Hélène Geoffroy. En effet, la maire socialiste de Vaulx-en-Velin propose une motion autre que celle d’Olivier Faure. Elle voudrait que le débat soit fait lors du prochain congrès du Parti qui aura lieu les 18 et 19 septembre 2021.

Une proposition qu’approuve l’ancien député Julien Dray. Cette dernière estime que l’ouverture du débat lui permettra de mettre sur la table ses propositions.

Il souhaite que « la mise en place d’une dotation universelle pour chaque jeune de 18 ans que je défends depuis des années, la création d’une échelle mobile des salaires face aux surprofits boursiers, une politique industrielle écologique, une révolution éducative, un projet culturel ambitieux… » fasse partie du programme du prochain candidat PS.

Toutefois, en attendant que la demande d’Hélène Geoffroy soit acceptée, il fustige cette situation qu’il juge apocalyptique au sein des forces de la gauche.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis