Scandale: le “New York Times” traîne Microsoft et l’éditeur de ChatGPT en justice pour une somme énorme

Une poursuite judiciaire historique contre deux géants de la tech

Le célèbre journal américain New York Times a entamé 27 décembre des poursuites contre , le créateur du logiciel , et , son principal investisseur. La raison ? Une prétendue violation des droits d'auteur, pour laquelle le préjudice subi est estimé à “plusieurs milliards de dollars” par le quotidien.

Le porte-parole du journal a expliqué à l'AFP: “Microsoft et OpenAI ont utilisé notre pour développer et commercialiser leurs produits d'intelligence artificielle (IA) générative sans avoir la permission du Times“, qualifiant la situation de “violation des droits d'auteur en termes de contenu et de travail journalistique.

Des millions d'articles utilisés sans autorisation ?

Au cœur de cette affaire, l'entraînement des robots conversationnels de ChatGPT soulève des questions éthiques. Selon les accusations du New York Times, “l'IA générative des défendeurs repose sur des modèles d'apprentissage massif qui ont été construits en copiant et utilisant des millions d'articles du Times protégés par les droits d'auteur.

A lire :   La Chine se prépare à la guerre avec une arme secrète incroyable : l'intelligence artificielle ! Découvrez tout sur ce conflit imminent avec Taïwan !

Il est intéressant de noter qu'en mi-décembre, OpenAI avait conclu un accord avec le groupe allemand Axel Springer, éditeur du tabloïd Bild, pour le rémunérer en échange de la fourniture de contenus du groupe dans les réponses aux requêtes d'utilisateurs de ChatGPT.

Microsoft et OpenAI face à de potentielles conséquences majeures

Si les allégations du New York Times sont avérées, Microsoft et OpenAI pourraient faire face à des conséquences importantes, notamment financières et en termes de réputation. Cette affaire met en lumière les enjeux de l'intelligence artificielle et du respect des droits d'auteur dans un monde où la technologie évolue rapidement.

A lire :   Votre voiture pourrait être facilement suivie à cause de certaines fonctionnalités assez inquiétantes

Dans ce contexte, il sera intéressant de suivre les développements de cette affaire, qui pourrait également servir d'exemple et de jurisprudence pour d'autres cas similaires impliquant l'utilisation d'œuvres protégées par les droits d'auteur pour entraîner des systèmes d'.

L'Apple Watch face à une crise identitaire : un virage manqué ?

Voter pour cet article
Afficher Masquer le sommaire