Que se passe-t-il dans la simulation de la série Netflix « 1899 » ?

La série 1899 est une spéculation à grande échelle sur la réalité, qui, bien sûr, transforme sa prémisse en une structure énigmatique presque incompréhensible.

Qu’est-ce qui est réel et qu’est-ce qui ne l’est pas dans la série ? Plus compliqué encore, comment fonctionne le projet qui a donné un sens au grand récit de la réalité en cours qui, en fin de compte, est au cœur de la production ? Pour 1899 le tangible n’est qu’une manière de reconstruire le temps de manière linéaire et la perception de la vérité par l’interprétation.

De sorte que, le temps est un ensemble d’événements probabilistes destinés à se répéter sans cesse. Cela dépend bien sûr des conséquences de la simulation déclenchée par le projet Kerberos. Pour 1899 la perception du passage de l’histoire dépend de la manière dont le temps peut être compris et aussi de la manière dont l’existence est présumée.

Pourquoi l’expérience redémarre-t-elle de temps en temps ? Combien de versions du monde peuvent coexister en même temps ? Pour comprendre un mécanisme aussi sophistiqué et profond, il faut d’abord explorer son origine. Pour cela, il faut d’abord se pencher sur le projet à l’origine de cette construction et sur ses conséquences.

Le projet Kerberos et sa relation avec la simulation.

Les premiers chapitres de 1899 racontent comment le navire Kerberos a été acheté par Henry Singleton (Anton Lesser). Le nouveau propriétaire a pris les machines du vaisseau et les a modifiées pour en faire un artefact capable de changer le temps et l’espace.

A lire :   Classement des films de Gaspar Noé : " Irréversible " ou " Vortex " ?

En théorie, Kerberos dissimule un type de technologie capable d’aider les personnes ayant des souvenirs traumatisants à trouver un soulagement à la douleur. Les seules personnes conscientes qu’une telle chose se produit sont Daniel (Aneurin Barnard) et Elliot (Fflyn Edwards), survivants du vaisseau frère de Kerberos, le Prometheus.

Mais, en fin de compte, Kerberos s’avère ne pas être un navire du tout, mais une partie d’une simulation informatique. Un mécanisme construit spécifiquement pour garder l’esprit des gens piégé dans une seule perception de la réalité. Les puits, situés dans tout le navire, permettent aux passagers de se déplacer d’une simulation à l’autre. En d’autres termes, ce sont des couches de réalités différentes qui sont interconnectées en une seule idée, qui est la réalité.

Mais cette version d’aujourd’hui et de maintenant est hors de portée des passagers. Parce que chaque point à l’intérieur du bateau est un axe qui permet de passer à une mémoire différente (d’un passager). En d’autres termes, le Kerberos de 1899 est un projet conçu pour soutenir un voyage à travers un jeu de mémoire dans lequel chaque passager a sa propre strate.

Elle s’inspire également du passé des passagers qui participent à l’expérience. Mais même cette notion de réalité s’avère fausse, dès lors qu’il apparaît clairement que les souvenirs auxquels ils doivent faire face sont également faux. En fait, ce ne sont que des éléments capables de reconstruire les souvenirs primordiaux de leurs victimes afin de créer de nouvelles expériences. En conséquence, ils oublient tous qui ils sont, ou du moins quelles circonstances les ont conduits sur le vaisseau.

A lire :   Claire Chazal n'hésite pas à tacler Jalil Lespert, le nouveau compagnon de Laeticia Hallyday !

Le cycle sans fin de 1899

Ainsi, le projet Kerberos pose des situations inédites allant des simulations multiples à la survie de la mémoire. À ce jour, tous les passagers ont traversé plus de trente simulations, interconnectées par les faux souvenirs des passagers. En même temps, par les perceptions de la réalité, la douleur et l’expiation qu’implique le fait de revivre une expérience traumatique.

Mais, au-delà du fait émotionnel, il y a la structure même du mécanisme. La simulation – c’est-à-dire la manière dont le projet réorganise les souvenirs – construit des attachements spécifiques. Ce qui, à son tour, produit un boucle infini, car il est basé sur des décisions que les personnages prendront encore et encore. En cas de décès – en fonction de ces décisions et événements inévitables – la conscience des personnages est réinitialisée et ils retournent dans le Kerberos.

Bien que 1899 n’est pas tout à fait clair, il est clair que le projet Kerberos est une forme d’étude de l’esprit humain qui cherche à comprendre son potentiel. Bien plus, dans le cadre de l’idée plus large de ce qui peut – ou ne peut pas – se produire dans des situations de plus en plus élaborées et compliquées. Henry, en tant que témoin de toutes les occasions où les personnages prennent des décisions identiques qui les mènent aux mêmes endroits, voit la possibilité de l’inévitable. Mais, en même temps, la série explore un terrain effrayant sur la douleur comme point de départ de toute décision humaine et, en fin de compte, sa propre porte vers la destruction.

A lire :   Voici à quoi ressemble l'avenir de "1899", selon les créateurs de la série à succès de Netflix.
Afficher Masquer le sommaire