Programme Artemis : Qu’est-ce qu’une fenêtre de lancement et pourquoi est-elle si importante ?

Malheureusement, la fusée SLS et le vaisseau spatial Orion n'ont pas réussi à se lancer vers la Lune lors de leur première tentative.

Le programme Artemis devra attendre une nouvelle fenêtre de lancement, qui aura lieu le 2 septembre, pour lancer cette nouvelle course vers notre satellite. Si cela n’est pas possible non plus, ils auront une dernière chance, le 5 septembre.

Ce sont les dates fermées pour le moment. Si le lancement échoue également le 5 septembre, il y aura de nouvelles opportunités dans les semaines suivantes, bien qu’elles n’aient pas encore été calculées exactement. Il ne s’agit pas de dater quelque chose en fonction de la disponibilité des ingénieurs. Les fenêtres de lancement sont régies par des calculs très stricts, dont on extrait quelques dates auxquelles une fusée peut être lancée dans l’espace.

Après tout, il ne faut pas oublier que la Terre est en mouvement constant, tout comme les objets vers lesquels les fusées sont généralement envoyées. Cela signifie qu’il y a des moments où le lancement est favorable et des moments où il serait impossible. C’est la fenêtre de lancement. Mais voyons ce que l’on sait d’autre à son sujet.

Qu’est-ce qui est pris en compte dans le calcul de la fenêtre de lancement ?

Les fusées ne sont pas des avions que l’on peut piloter d’un point A à un point B. Pas même l’Artemis SLS, qui est le plus puissant jamais construit. Ce sont des véhicules qui sont projetés pour suivre une trajectoire dans laquelle le mouvement est principalement inertiel. Les moteurs jouent un rôle très important au début, mais pendant une grande partie du voyage, ils profitent simplement du champ gravitationnel des objets célestes concernés. L’énergie dépensée est donc beaucoup moins importante.

Le problème est que, précisément pour cette raison, il ne peut être lancé à tout moment. Vous devez tenir compte du mouvement du point de départ, qui est généralement la Terre, et de la destination, qui peut être la Lune ou Mars, par exemple. De cette façon, on calcule quel est le moment optimal pour l’arrivée de la fusée et de l’objet cible. au même point de l’espace au même moment.

Si nous ne tenons compte que de cela, nous aurons quelques périodes de temps, plus ou moins longues, dans lesquelles une fusée pourrait être envoyée à sa destination. Toutefois, celles-ci peuvent être précisées davantage, en tenant compte d’autres facteurs. Par exemple, la quantité de carburant disponible pour effectuer un éventuel changement de trajectoire ou pour provoquer des changements de vitesse. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un avion qui va de A à B, certains changements peuvent être apportés qui font également partie de la fenêtre de lancement.

Pourquoi ne sont-ils pas tous pareils ?

Il existe des fenêtres de lancement qui durent plusieurs jours et d’autres qui sont beaucoup plus courtes. C’est le cas des fusées envoyées sur la Lune. Comme nous l’avons vu avec la première tentative d’Artemis, la fenêtre de lancement n’a duré que deux heures. Il n’était pas nécessaire de les utiliser, car les problèmes du moteur 3 du SLS étaient trop graves pour être résolus à ce moment-là. Cependant, il était bien connu que si ces deux heures étaient écoulées, il n’y aurait rien à faire jusqu’au 2 septembre.

En effet, pour envoyer des fusées sur la Lune, nous disposons de nombreuses fenêtres de lancement courtes. En d’autres termes, il y a très peu de temps dans une journée pour lancer la fusée. Dans ce cas, c’était deux heures. Mais, heureusement, la prochaine fenêtre de lancement ne devrait pas être trop éloignée dans le temps, comme nous l’avons déjà vu.

Cela est dû au fait que l’objet cible est la Lune, dont le mouvement est principalement basé sur la rotation autour de la Terre elle-même. En revanche, si l’objet vers lequel la fusée doit être lancée tourne autour du Soleil, comme la Terre, il est plus difficile de trouver ce point idéal. C’est ce qui se passe avec Mars. Nous pouvons le visualiser comme un groupe de personnes tournant autour d’une table, chacune à une distance différente de la table et à une vitesse différente. L’un d’eux a une mouche qui vole autour de lui. Il sera plus facile pour cette personne de se retrouver face à face avec la mouche, même si ce moment sera de courte durée. En revanche, s’il veut faire face à l’autre personne, il lui faudra plus de temps pour le faire, mais il pourra se considérer comme suffisamment tourné vers l’autre personne pendant une période plus longue qu’avec la mouche.

C’est pourquoi les fenêtres de lancement sur Mars durent plusieurs jours, mais elles se succèdent environ tous les deux ans. S’il est perdu, c’est beaucoup plus tragique, car tout ce qui est investi en eux doit être laissé en attente pendant longtemps.

Heureusement, ce n’est pas le cas pour la Lune et, avec un peu de chance, Artemis pourra se mettre en route ce 2 septembre. Si ce n’est pas le cas, il y a encore de nombreuses opportunités à l’horizon. L’un d’eux doit être un bon.

Afficher Masquer le sommaire