Présidentielle 2022 : Marine Le Pen et Eric Zemmour pourraient-ils former une alliance contre Emmanuel Macron ?

Ayant démissionné du « Figaro », le polémiste et essayiste français, Eric Zemmour va un tant soit peu se lancer dans la promotion de son livre. C’est bien après qu’il affichera sa position d’être ou non parmi les challengers au poste présidentiel en 2022.

Ayant démissionné du « Figaro », le polémiste et essayiste français, Eric Zemmour va un tant soit peu se lancer dans la promotion de son livre. C’est bien après qu’il affichera sa position d’être ou non parmi les challengers au poste présidentiel en 2022.

Cependant, tout porte à préciser que la déclaration de la candidature de l’essayiste n’est plus qu’une question de temps. Alors, quelle candidature pour quelle finalité ? Les médiations corsées ces derniers jours pour tenter de rapprocher Eric Zemmour et la patronne du RN, Marine Le Pen donne à croire à l’éventualité d’un bloc face au président Macron.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Marine Le Pen (@marine_lepen)

Le clivage entre les deux personnalités

Le dernier tête-à-tête entre les deux personnalités remonte au dernier printemps. Depuis lors, Marine le Pen a su que le polémiste n’abandonnera rien et qu’il tiendra jusqu’au bout.

« Je ne l’ai pas reconnu », a fait savoir la candidate malheureuse d’il y a 5 ans. Elle estime néanmoins que « cette histoire va mal finir », mais pour qui, on ne sait pas encore.

En effet, selon un sondage réalisé par Ipsos et publié fin août, Eric Zemmour affiche au compteur, 7 % des intentions de vote, une prouesse pour un candidat encore non déclaré.

« Il prend des voix au Rassemblement National, et au Républicain (LR) à part quasi-égales », a signalé dans un décryptage, Brice Teinturier, Directeur général d’Ipsos.

Néanmoins mine de rien, les militants du RN demeurent maitres de leur instinct. « Un polémiste ne fait pas un politique » souligne Philippe Olivier, conseiller spécial de Marine Le Pen.

Il poursuit en ces propos : « L’islam est incompatible avec la République, blablabla… Et alors, on pourchasse les musulmans ? On fait la Saint-Barthélemy ? Les bonnes idées se heurtent à la réalité et à la loi ».

Robert Ménard joue les entremetteurs et réussit un rapprochement entre Zemmour et Le Pen

Dans une annonce faite à BFMTV, Marine Le Pen accepte finalement de dîner avec Eric Zemmour et Robert Ménard, après avoir rejeté la proposition dans un premier temps.

De toutes les personnalités politiques du Rassemblement National ayant plaidé pour une rencontre entre le polémiste et Le Pen, Robert Ménard est le plus proche des deux. Le député Gilbert Collard et le député au parlement européen Thierry Mariani ont par ailleurs soutenu cette idée.

« Je leur dis ‘’arrêtez vos conneries, venez à Béziers et on discute’’. Prenez un engagement : celui qui arrivera en tête, vous le soutiendrez », a déclaré le maire de Béziers sur BFMTV, celui-là qui a appelé les deux potentiels candidats à dialoguer.

Pour l’instant, cet appel qui verra certainement les deux parties s’engager à se soutenir a reçu un écho favorable des deux côtés.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Eric Zemmour (@eric_zemmour_officiel)

« L’union des droites » doit être privilégiée

À la suite de l’annonce d’une rencontre entre les deux potentiels candidats de la droite, l’entourage de l’écrivain estime qu’un débat ne peut intervenir « que quand les gens sont candidats à la présidentielle et définitivement candidats ».

Acquis à l’idée d’un débat public cependant, le même entourage réagit auprès de BFMTV en ces propos : « Non à l’arrière-cuisine politicienne. Oui au débat démocratique public ».

Invitée à opiner sur un probable désengagement d’Eric Zemmour à dialoguer, Marine Le Pen avance que « s’il s’avère qu’Éric Zemmour refuse ce dîner, c’est pour le moins paradoxal pour quelqu’un qui prône l’union des droites ».

Dans une configuration pareille des choses, il ne sera pas du tout étonnant de voir les deux potentiels candidats se rallier les jours à venir au nom de leur penchant politique « la droite ».

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis