Nouvelle vague de chaleur en France et en Espagne dans un contexte de sécheresse unique

C'est la troisième vague de chaleur qui frappe la France et l'Espagne et une sécheresse généralisée en Europe.

La France et l’Espagne sont confrontées à leur troisième vague de chaleur depuis juin, la sécheresse s’aggravant dans toute l’Europe et obligeant les Pays-Bas à déclarer officiellement une « pénurie d’eau« . Le ministre français de la transition énergétique a prévenu que « le climat en 2022 est peut-être le plus frais des années à venir« .

« La journée la plus chaude à l’échelle nationale« , a prévenu l’organisme public Météo-France en France, mais le pic de chaleur va se poursuivre jusqu’à jeudi « en se déplaçant vers l’est », a indiqué l’agence de presse AFP.

Le ministère de la Transition écologique a également annoncé que deux autres départements subissent une crise de sécheresse, la Lozère et le Haut-Rhin, et le préfet de Haute-Corse a appelé dans un tweet les citoyens à réduire leur consommation d’eau car « si on continue à ce rythme, il n’y aura plus d’eau dans 25 jours ! ».

Après une brève accalmie fin juillet, l’Espagne est entrée dans une nouvelle alerte avec des températures qui pourraient dépasser 40 degrés Celsius dans plusieurs provinces du sud. Mardi, ils ont atteint 43,3 dans la ville de Talavera de la Reina, dans la province centrale de Tolède.

« Il ne fait aucun doute que le changement climatique en est la cause« , a déclaré le porte-parole de l’Agence météorologique espagnole (Aemet), Rubén del Campo.

Des nuits tropicales sont attendues avec des températures ne descendant pas en dessous de 20 degrés dans plusieurs régions de l’est et du sud de l’Espagne, conséquence des températures élevées en Méditerranée, entre trois et quatre degrés au-dessus de la normale, selon l’Aemet.

En France, « entre mercredi et jeudi, les températures maximales seront supérieures ou égales à 35 degrés, avec des pointes à 39 ou 40 degrés dans le Sud-Ouest« , a indiqué Météo-France, qui a placé 26 départements en alerte orange canicule.

La ville de Belin-Beliet (sud-ouest) a vu le thermomètre grimper à 39,6 degrés à 17 heures, selon les températures maximales provisoires enregistrées par Météo-France. Il a également fait 38 degrés à Toulouse dans le sud et à Lyon dans le sud-est, 36°C dans l’est à Strasbourg et 35°C à Paris.

Les périodes prolongées sans pluie menacent certaines cultures et obligent à restreindre l’utilisation de l’eau, la France étant l’un des pays les plus exposés à la sécheresse en Europe.

« J’ai vu mes fleurs d’olivier brûlées« , a déploré Jean Berneau, 64 ans, oléiculteur à Lagorce, qui après avoir produit deux tonnes d’huile de ses olives en 2021, ne pense pas atteindre plus de 400 litres cette année.

Cette chaleur ne fait qu’aggraver la sécheresse et juillet 2022 est « le deuxième mois le plus sec » en France depuis le début des mesures en 1958-1959, avec un déficit pluviométrique de près de 84% par rapport à la normale, selon Météo-France.

Toute l’Europe est touchée : le mois de juillet a été le plus sec depuis 1935 en Angleterre, qui se trouve désormais dans un état de « temps sec prolongé« , le stade de pré-sécheresse, qui implique des mesures de précaution.

Plusieurs compagnies d’eau ont annoncé des restrictions touchant des millions de personnes et les agriculteurs ont fait état de mauvaises récoltes de légumes verts à feuilles, de haricots et de baies, ainsi que d’un risque permanent d’incendies de forêt.