Nous sommes déjà 8 milliards sur la planète : et maintenant ?

Aujourd’hui, 15 novembre 2022, la population mondiale a atteint 8 milliards d’habitants. Le rythme de croissance du nombre d’habitants de la planète est vertigineux, puisqu’on estime que d’ici 2050, un milliard de personnes supplémentaires se seront ajoutées.

Bien que cela puisse sembler être une bonne nouvelle à première vue, cela soulève de sérieuses questions : y a-t-il des ressources pour tout le monde sur Terre ? Et tout aussi important : quelles seront les conséquences pour la planète si nous les exploitons ?

Nous ne devons pas oublier que nous sommes à une époque où le changement climatique se manifeste déjà au grand jour. Ses conséquences seront de plus en plus graves si nous ne faisons rien pour la ralentir. C’est pourquoi les scientifiques étudient en permanence les mesures les plus efficaces pour freiner son avancée. L’une de ces mesures consiste à modifier notre comportement de consommation. De la nourriture que nous mangeons aux vêtements que nous portons, tout cela implique des émissions de carbone, ainsi que le rejet de polluants, ce qui peut compliquer davantage la situation. Et, bien sûr, si la population mondiale augmente, l’empreinte carbone augmentera également, car elle se traduit par une consommation accrue.

Il est donc important d’être clair sur les mesures qui peuvent être prises, aujourd’hui et à l’avenir, pour en atténuer les conséquences. Certains pays ont déjà imposé des restrictions sur le nombre d’enfants qu’une même famille peut avoir. Dans leur cas, il s’agit de réduire la population mondiale. Mais il est clair que la population mondiale est déjà trop importante, donc au-delà d’agir sur la source, nous devons aussi nous attaquer aux conséquences. Voici quelques moyens d’y parvenir.

Réutilisez autant que vous le pouvez

L’augmentation de la population mondiale entraîne une hausse de la demande pour une multitude de produits, par exemple les vêtements. Et cela signifie un gaspillage d’eau et d’énergie qui, pris ensemble, peut être très dangereux.

D’une part, seuls pour faire un T-shirt en coton on estime que plus de 2 000 litres d’eau sont nécessaires. Et le chiffre est bien plus élevé pour les jeans, qui nécessitent plus de 11 000 litres. Nous devons être conscients que cela implique tout, de la culture du coton ou des matériaux nécessaires jusqu’à ce que le vêtement arrive dans nos foyers.

D’autre part, nous devons également tenir compte de l’empreinte carbone associée à la dépense énergétique liée à la culture des matériaux, à la fabrication du vêtement et à son transport jusqu’à sa destination. Cela peut varier, mais pour un T-shirt en coton, cela représente environ 3 à 4 kilogrammes de dioxyde de carbone. Par conséquent, pour prévenir le changement climatique, il est important de consommer intelligemment.

Cela signifie qu’il faut réfléchir avant d’acheter des vêtements que l’on ne va pas porter. En outre, il est important de réutiliser les vêtements et de ne pas les abandonner dans des décharges où ils risquent de ne pas être recyclés. Nous pouvons donc leur donner une seconde vie, en utilisant des vêtements d’occasion et en les réutilisant plusieurs fois ou en donnant les nôtres.

Cela s’applique aux vêtements, mais aussi à presque tous les autres produits. Si la demande augmente, l’empreinte carbone de leur production augmente également, et plus il y a de personnes dans le monde, plus cela devient dangereux.

Maintenant, il est également important de se rappeler que la population peut prendre des mesures limitées et que c’est la législation des gouvernements qui peut déclencher les meilleurs résultats.

Y a-t-il de la nourriture pour tous si la population mondiale augmente ?

Il existe actuellement un énorme déséquilibre dans la distribution de la nourriture dans le monde. Dans un rapport publié par les Nations unies en 2019, a noté qu’environ 820 millions de personnes dans le monde n’ont pas assez de nourriture pour se nourrir. Cependant, deux milliards de personnes sur notre planète sont obèses ou en surpoids. Cela n’est pas toujours dû à un excès de nourriture, loin de là. Mais il est vrai que dans de nombreux cas, elle est associée à une alimentation malsaine et contraste également avec la situation de ceux qui n’ont pratiquement rien à se mettre sous la dent.

L’augmentation de la population mondiale pourrait rendre ces différences encore plus extrêmes. Et, à son tour, favoriser l’augmentation du réchauffement de la planète en raison des émissions dues à la production alimentaire pour tenter de répondre à toute cette demande.

Tout aliment nécessite une dépense d’eau et une consommation d’énergie pour sa production. Les sols doivent être préparés pour les cultures, irrigués et, dans certains cas, maintenus dans les bonnes conditions de température et d’humidité. Le bétail doit également être nourri, abreuvé et les zones préparées pour le pâturage ou l’établissement de fermes. Sans parler du transport de denrées alimentaires et d’autres types d’aliments.

Mais ce qui est clair, selon les études réalisées ces dernières années, c’est que la consommation de viande a une empreinte carbone beaucoup plus élevée que la consommation de légumes. Par exemple, pour obtenir un kilogramme de viande de veau 99,48 kg de gaz à effet de serre sont émis dans l’atmosphère. En revanche, le chiffre est réduit à 2,09 kg de gaz pour 1 kg de tomates ou 0,98 kg pour la même quantité de pois.

Pour toutes ces raisons, il est conseillé, sinon de maintenir un régime végétarien, du moins de réduire la consommation de viande. Mais ce n’est pas tout. Il est également important de consommer des produits locaux. En d’autres termes, il est inutile de ne manger que des légumes s’ils sont apportés de l’autre côté du monde. Les primeurs de quartier sont généralement un bon endroit pour trouver ce type de produits. À quelques exceptions près, ils proposent généralement des fruits et légumes de saison, aussi locaux que possible.

C’est une chose que l’on conseille depuis longtemps. Toutefois, à mesure que la population mondiale augmente, il deviendra beaucoup plus important de le faire.

Ce que la biotechnologie peut faire pour nous

De manière générale, la biotechnologie est l’utilisation d’organismes vivants pour obtenir des solutions utiles aux actions humaines. Cela va de la production de médicaments à la dépollution des polluants par l’utilisation de micro-organismes capables de s’en nourrir.

Dans cet éventail d’applications biotechnologiques, nous trouvons également l’alimentation. Non seulement parce qu’il est utile pour obtenir des aliments traditionnels tels que le pain, la bière ou le vin. C’est aussi parce que, grâce à la biotechnologie, on peut obtenir des cultures beaucoup plus efficaces.

Par exemple, si pour optimiser l’espace avec l’augmentation de la population mondiale, il est intéressant de construire plus d’immeubles et de faire pousser les villes vers le haut, il en va de même pour les cultures. Si vous obtenez des plantes plus efficaces, capables de produire plus de fruits, vous aurez besoin de moins de terres pour les cultiver, car vous n’aurez pas besoin d’un aussi grand nombre de plantes.

Vous pouvez également cultiver des plantes qui fixent le carbone de manière plus efficace, de sorte qu’elles puissent contribuer à réduire certaines des émissions qui contribuent à l’effet de serre. En outre, l’adaptation aux environnements locaux spécifiques peut être améliorée, ce qui conduit à des rendements moyens plus élevés. Ajoutez à cela la possibilité d’obtenir des légumes moins chers pour nourrir la partie de la planète qui souffre de la moitié la plus faible de l’équilibre alimentaire, et vous avez beaucoup à gagner. La population mondiale a déjà atteint 8 milliards d’habitants, et nous devons agir avant que ce chiffre ne continue à augmenter. Et pour ce faire, l’une des premières actions devrait être de se débarrasser de la peur injuste que beaucoup de gens ont de la biotechnologie.

Afficher Masquer le sommaire