Meta : Beaucoup de bruit pour rien avec le métavers de Mark Zuckerberg

Il semble que la réalité alternative sur laquelle Mark Zuckerberg a tant misé ne fasse pas vraiment recette, du moins pour le moment. Dans le monde, seulement 200 000 personnes le visitent chaque mois, ce qui est loin des 500 000 visiteurs mensuels attendus pour cette année.

Mark Zuckerberg a investi 10 milliards dans le métavers, et a même changé le nom de l’entreprise de Facebook à Meta. Mais Horizon Worlds, le métavers de Meta, n’est pas le seul à exister, puisque d’autres entreprises ont également créé le leur. Un obstacle supplémentaire à leur développement et à leur acceptation par le public est que les entreprises ne permettent pas l’interaction entre tous les différents métavers.

Aujourd’hui, les entreprises misent sur le métavers et affirment qu’elles proposeront leurs produits dans ce monde virtuel. En fait, il existe même des agences immobilières qui vendent des appartements dans le métavers aux prix du monde réel, et des banques qui accordent des prêts hypothécaires pour les acheter. Beaucoup s’interrogent sur son avenir, mais il semble en réalité qu’il n’ait pas de présent du tout.

Le métavers de Meta

Les actions de Facebook ont perdu 60 % de leur valeur après la révélation du métavers. De plus, l’entreprise de Zuckerberg n’a réussi à convaincre que 0,006 % des utilisateurs de Facebook d’essayer Horizon Worlds.

A lire :   Que se passe-t-il chez les géants des réseaux sociaux ?

Où est l’échec ? Ceux qui ont été encouragés à l’essayer expliquent qu’il présente une importante barrière à l’entrée : il faut acheter des lunettes de réalité virtuelle pour l’utiliser. Cet accessoire, qu’ils vendent eux-mêmes, coûte entre 450 et 1 800 euros, selon le modèle choisi. C’est beaucoup d’argent pour un appareil qui perdra bientôt de sa valeur lorsque de nouveaux appareils, plus légers et moins chers, sortiront.

Si vous voulez un accès sans les lunettes, vous êtes confronté à un processus long et déroutant qui implique l’installation d’un VPN et le téléchargement de plusieurs gigaoctets. En outre, plusieurs avertissements indiquent que l’expérience perd de son intérêt sans les lunettes. Mais ce qui est vraiment frappant une fois à l’intérieur, c’est qu’il y a très peu de choses à faire.

Selon le Wall Street Journal, la plupart des personnes qui visitent Horizon Worlds ne reviennent pas au bout d’un mois. Pire encore, seuls 9% des mondes construits par les créateurs de Meta sont visités par au moins 50 personnes, et la plupart ne sont jamais visités par personne. Si l’on tient compte du fait qu’entre les applications Meta les plus populaires, Facebook, Instagram et Whatsapp, elles comptent 3,5 milliards d’utilisateurs mensuels, on comprend mieux pourquoi le Metaverse de Zuckerberg en prend un coup.

A lire :   Mark Zuckerberg et Meta montrent enfin le projet Cambria en action

Personne ne sait ce que l’avenir nous réserve, mais pour l’instant, le métavers est toujours en construction.