Meghan Markle révèle qui l’a suppliée de ne pas renoncer à une seule chose après son mariage

Chaque semaine sur son podcast Spotify Archétypes, Meghan Markle et ses invitées « enquêtent, dissèquent et renversent les étiquettes qui tentent de retenir les femmes« . Dans l’épisode de cette semaine, la duchesse de Sussex a invité Jameela Jamil et Shohreh Aghdashloo.

Dans cette discussion d’une heure, elle révèle que l’une des femmes les plus « influentes et inspirantes » du monde l’a « suppliée » de ne pas renoncer à une chose, même si elle se mariait avec l’une des familles les plus puissantes du monde.

« Dans cet épisode stimulant et énergisant, Meghan explore les stéréotypes et les jugements auxquels les femmes sont confrontées dans le monde de l’activisme. Dans ses conversations sans tabou avec les actrices et activistes Jameela Jamil et Shohreh Aghdashloo, Meghan plonge dans les raisons pour lesquelles l’activisme des femmes est souvent considéré comme audacieux, et l’effet que cela a sur les causes qui comptent le plus. Ces conversations opportunes et émotionnelles sont complétées par la comédienne et activiste Ilana Glazer et l’historienne Lisa Tetrault« , lit-on dans le synopsis de l’épisode.

Meghan, qui se considère comme une militante de la cause des femmes, a révélé le conseil qui lui a été donné peu avant son mariage en 2018 avec le prince Harry. « Quelques jours avant mon mariage, une femme très, très influente et inspirante – qui pour sa propre vie privée, je ne partagerai pas son identité . Elle m’a dit, je sais que votre vie change mais s’il vous plaît n’abandonnez pas votre activisme. N’abandonnez pas parce que cela signifie beaucoup pour les femmes et les filles« , a-t-elle déclaré.

A lire :   Le Roi Charles règle ses comptes avec son frère Édouard et lui retire le titre de sa mère qui devait lui revenir

Meghan a visiblement écouté. « Et j’ai continué à faire le travail pour les femmes et les filles parce que ça compte, oui, mais aussi parce qu’elle m’a encouragée à le faire et la voix collective de nous tous qui se dit« , a-t-elle poursuivi.

Elle a également abordé sa conviction que le terme « woke » devrait être considéré comme positif, et non négatif. « Je sais que je dis woke« , a-t-elle dit en riant. « Je réalise pleinement que je suis en train de nourrir le clickbait, mais voici pourquoi : parce que woke par définition signifie alerte à l’injustice dans la société, en particulier le racisme. Qu’y a-t-il de mal à cela ? Et quand vous ajoutez une femme à cette définition apparemment anodine, cela devient pour beaucoup dégoûtant et scandaleux« , a-t-elle déclaré. « Mais pourquoi ? Qu’y a-t-il de si effrayant à ce qu’une femme ait une opinion aussi tranchée qu’un homme ? Et pourquoi nous recroquevillons-nous parfois devant cela ?«