Marché des smartphones en chute : changement d’époque ou manque d’innovation ?

Nous achetons moins de smartphones que jamais. Et ce n’est pas seulement à cause du climat économique actuel. Un regard à moyen terme montre comment, depuis 2017, les ventes mondiales de téléphones mobiles stagnent et suivent une tendance à la baisse.

Plus près de chez nous, au début de l’année, le cabinet de conseil IDC publié sur a récemment publié une nouvelle baisse des ventes de ces appareils. Plus précisément, il s’agit d’une baisse de 9,7 % en glissement annuel, à 301,9 millions d’unités au troisième trimestre de cette année. Il s’agit de la plus forte baisse jamais enregistrée pour un troisième trimestre et de la cinquième baisse consécutive pour le marché. Jusqu’à présent en 2022, tous les trimestres ont connu des baisses d’environ 10 %.

Si l’on zoome, le résultat est que depuis 2017, la tendance est à la baisse, passant d’un total de plus de 1,5 milliard d’appareils vendus à un chiffre oscillant à peine autour de 1,3 milliard. La pire année de cette série a été 2020 pour des raisons évidentes, une grande partie de la population ayant retenu sa consommation face à l’incertitude alors qu’il n’était pas impossible de faire autrement en ligne. Mais, au vu des données fournies jusqu’à présent par IDC et des estimations qu’il fournit également, il est probable que ce soit la pire année de l’année.

A lire :   Motorola Edge 30 Ultra, Fusion et Neo : prix et caractéristiques

Au niveau des fabricants, seul Apple se maintient avec une croissance de 1,6% en glissement annuel au dernier trimestre analysé. Les autres sont en baisse.

Mais à quoi devons-nous nous en prendre ?

L’IDC lui-même impute ces causes au contexte économique actuel, marqué par l’inflation et la baisse des ventes, notamment en Asie, les vendeurs chinois étant les plus touchés.

« La majeure partie de la baisse s’est produite dans les marchés émergents, où le manque de demande, l’augmentation des coûts et l’inflation ont affecté les consommateurs ayant moins de revenus disponibles« , ont-ils expliqué dans un communiqué.

Entre le prix et le manque d’innovation

Le contexte économique doit certainement être pris en compte, ainsi que les revers subis par les grands fabricants comme Huawei ces dernières années. Mais il existe d’autres facteurs, tels que les augmentations de prix liées à un manque d’innovation, qui peuvent rendre le renouvellement d’un appareil de moins en moins nécessaire.

L’arrivée des smartphones pliables au cours des deux dernières années a contribué à colorer l’éventail des options, mais le mobile, en tant qu’appareil, n’a pas fait de grand bond en avant depuis longtemps.

Un coup d’œil sur l’histoire déjà longue de ces appareils montre que tous les 5/8 ans, il y a un changement majeur de format ou de conception. Depuis les premiers téléphones, en passant par les téléphones à clapet, les Blackberry, le premier iPhone, les phablets et l’introduction d’écrans avec de moins en moins de bords. Le téléphone pliable semble être le nouveau bond en avant, qui ne semble toutefois pas encore avoir trouvé sa place, ou peut-être pas du tout.

A lire :   Dragon Ball : Dans cet univers parallèle, Android 17 est une femme et elle est superbe dans ce cosplay

Absence de concurrents innovants sur le marché des smartphones

D’autre part, le marché stagne également depuis plusieurs années sans qu’un nouveau concurrent perturbateur n’apparaisse. Aujourd’hui, les grands dominateurs sont Apple et Samsung, avec des parts de marché d’environ 20%, qui varient en fonction de leurs lancements. Cette dichotomie mondiale n’était cependant pas le cas il y a 20 ans. À l’époque, c’est Nokia qui vendait 3 téléphones sur 10, laissant presque son modèle 3310 comme une sorte d’œuf de Pâques de sa domination.

En cours de route, des téléphones chinois sont apparus depuis 2010 hors de leur marché pour apporter de nouvelles options. Aujourd’hui, les mobiles chinois dominent le marché, mais cela fait un moment qu’un nouvel acteur n’est pas entré en lice. Rien ne pourrait en être un ? Qui sait ? Pour l’instant, même le Pixel de Google n’a pas réussi à être un acteur pertinent, et encore moins un moteur d’innovation sur un marché qui a évincé des géants comme Microsoft.

Nokia a maintenu sa domination sur le marché mondial pendant la majeure partie de la décennie suivante. L’entreprise a atteint une part de marché de 40 % en 2007, mais à cette époque, le géant finlandais avait déjà montré des signes de problèmes profonds. Sa gamme de téléphones 3G au design expérimental n’avait pas connu le succès et la popularité escomptés par Nokia, mais le véritable problème était le système d’exploitation Symbian, qui a finalement été mis sur la touche avec l’introduction de l’iPhone et l’arrivée d’Android.

A lire :   Votre Xiaomi va-t-il passer à Android 13 ou MIUI 13 ? Cette application vous dit

Contrairement à Apple, Nokia a sous-estimé l’importance des logiciels à l’ère des téléphones numériques. Le matériel de Nokia était si robuste qu’il a donné naissance à ses propres mèmes, mais son support d’applications s’est rapidement révélé déficient.

Nous verrons si l’apparent marché baissier incite à l’innovation. D’une certaine manière, l’apparition du premier iPhone est également intervenue dans un contexte économique dramatique (juste avant la crise de 2008) et alors que les mobiles semblaient à l’époque avoir trouvé un environnement confortable dont ils ne bougeaient plus.

Afficher Masquer le sommaire