L’OMS est convaincue que la transmission de la variole du singe peut être arrêtée

Malgré la grande inquiétude mondiale suscitée par les cas et infections dans plusieurs pays concernant le Monkeypox, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué que la transmission de la maladie peut être arrêtée à temps et éviter une autre situation de pandémie, comme celle vécue ces deux dernières années et demie à cause du Covid-19.

Maria Van Kerkhove, responsable de la lutte contre les coronavirus à l’OMS et également des maladies émergentes et des zoonoses, a déclaré que « nous voulons mettre fin à la transmission de personne à personne. Nous pouvons le faire dans les pays non endémiques. C’est une situation qui peut être contrôlée, nous sommes dans une situation où nous pouvons utiliser les outils de santé publique de détection précoce et d’isolement supervisé des cas. Nous pouvons arrêter la transmission interhumaine.« 

Des données encourageantes

M. Van Kerkhove a déclaré que, malgré les inquiétudes suscitées par l’augmentation des infections, les risques sont très faibles et que, dans la plupart des cas identifiés, les personnes n’avaient pas développé de forme grave de la maladie.

L’OMS indique que la maladie est connue depuis au moins 40 ans et que, ces cinq dernières années, quelques cas ont été détectés en Europe chez des personnes ayant voyagé dans des régions où la maladie est endémique.

« C’est la première fois que nous voyons des cas dans de nombreux pays, et en même temps, chez des personnes qui n’ont pas voyagé dans des régions endémiques d’Afrique comme le Nigeria, le Cameroun, la République centrafricaine et la République démocratique du Congo« , a déclaré Rosamund Lewis, responsable du secrétariat de l’OMS chargé de la variole du singe au sein du programme d’urgence de l’agence des Nations unies.

A lire :   Santé au travail : ces maux qui vous mènent la vie dure et comment les gérer !

Il a été précisé qu’il ne s’agit pas d’une maladie sexuelle.

Il est vrai que le virus peut être transmis par contact lors de rapports sexuels, mais il ne s’agit pas d’une maladie sexuellement transmissible, déclare Andy Seale, conseiller stratégique pour les programmes de l’OMS relatifs au VIH, à l’hépatite et aux maladies sexuellement transmissibles. « N’importe qui peut contracter la variole du singe par contact« , a-t-il dit.

Afficher Masquer le sommaire