L’histoire du BlackBerry va faire l’objet d’une adaptation cinématographique

Au cours des dernières années, il est devenu assez courant de lire ou d'entendre que l'histoire des BlackBerry est digne d'un film, et c'est sur le point de devenir une réalité.

Comme indiqué par Variété , il vient de se terminer le tournage du film qui raconte l’histoire de l’ascension fulgurante et de la chute précipitée de Research in Motion l’entreprise canadienne qui était autrefois un leader et une référence sur le marché mondial des smartphones jusqu’à l’apparition de l’iPhone et d’Android.

Le long métrage s’intitule BlackBerry et met en vedette Jay Baruchel et Glenn Howerton, et est réalisé par Matt Johnson, qui s’est fait remarquer pour ses productions indépendantes et est surtout connu pour avoir réalisé Opération Avalanchede 2016.

Aucun autre détail sur la production n’a été communiqué pour l’instant, mais on suppose que Baruchel et Howerton joueront les rôles de Mike Lazaridis y Jim Balsillie. Le premier a cofondé RIM en 1984, tandis que le second l’a rejoint en 1992. Une fois réunis, ils ont codirigé l’entreprise jusqu’à leur départ en 2012, alors que BlackBerry était déjà en chute libre.

Le scénario du film est une adaptation du livre. Losing the Signal : The Untold Story Behind the Extraordinary Rise and Spectacular Fall of BlackBerry (en anglais). Il a été écrit par les journalistes canadiens Sean Silcoff et Jacquie McNish, et est devenu un best-seller dès sa publication en 2015. Le long métrage n’a pas encore de date de sortie définitive.

Il va de soi que le film BlackBerry retracera l’histoire de Research in Motion et se concentrera sur sa montée en puissance au début des années 2000, ainsi que sur sa disgrâce ultérieure. N’oublions pas que, pratiquement du jour au lendemain, les téléphones portables de la firme américaine sont passés d’objets de désir et de symboles de statut à des appareils obsolètes. La faute en revient en grande partie aux dirigeants eux-mêmes, qui se sont moqués des plans d’Apple après le lancement de l’iPhone et ont affirmé que personne ne préférerait un clavier virtuel à un clavier physique.

Le boom de l’iPhone et l’expansion mondiale d’Android leur ont rapidement donné tort. Lorsque RIM a tenté de regagner le terrain perdu, il était trop tard, et toutes les tentatives ultérieures pour relancer BlackBerry se sont soldées par un échec. Ce qui est remarquable, c’est que l’entreprise canadienne a pu se reconstruire sous le nom de BlackBerry Limited, en remportant de grands succès dans des domaines extérieurs au monde du mobile, comme les services logiciels et la cybersécurité des entreprises. Il reste à voir si le film couvre également la période de redressement sous la direction de John Chen, ou s’il se concentre simplement sur son ascension et sa chute en tant que roi des smartphones.

Il est clair que le choix de BlackBerry comme prochaine histoire du monde de la technologie et des affaires sur le grand écran n’est pas un hasard. Ces dernières années ont vu l’émergence de de nombreuses productions de ce type où la croissance fulgurante des entreprises et les scandales de leurs dirigeants sont des dénominateurs communs. Rien que cette année, nous l’avons vu dans des cas tels que Super Pumped (Uber), Le décrocheur (Theranos) et WeCrash (WeWork).