Les scientifiques étudient un éclair inversé qui a frôlé la limite de l’espace

Les chercheurs analysent un phénomène atmosphérique rare et mystérieux : un jet gigantesque, une forme d'éclair orientée vers le haut. Cet événement particulièrement intense a été observé en 2018 dans l'Oklahoma, aux États-Unis.

Qu'est-ce qu'un jet gigantesque ?

Un jet gigantesque est une décharge électrique atmosphérique semblable à un éclair, mais orientée vers le haut au lieu du bas. Ces phénomènes sont beaucoup plus puissants que les éclairs classiques et peuvent parfois menacer les véhicules spatiaux ou d'autres technologies en orbite autour de notre planète. Un exemple notable de ce type d'événement est survenu en 2018 dans l'Oklahoma : il s'agit du jet gigantesque le plus puissant jamais étudié, portant une charge électrique estimée à 300 coulombs, soit près de 100 fois plus que celle d'un éclair classique.

Depuis deux décennies, les scientifiques ont identifié plusieurs jets gigantesques, mais la plupart des observations ont été faites accidentellement par le grand public. Des exemples incluent une traînée violette capturée depuis un avion survolant Bhadrak, en Inde, et un autre jet observé près du sommet de la montagne Shikengkong en Chine. En 2013, la a ajouté une expérience à la Station spatiale internationale (ISS) pour mieux observer ces phénomènes au-dessus des nuages.

A lire :   Nous avons découvert un nouveau minéral encore plus dur que le diamant (et il s'avère qu'il vient de l'espace)

Une observation fortuite en Oklahoma

Le jet gigantesque observé en 2018 dans l'Oklahoma a été particulièrement intéressant pour les chercheurs car il s'est produit près de plusieurs instruments scientifiques pertinents, tels que des réseaux de satellites et un système de cartographie des éclairs détectant les signaux en très haute fréquence (VHF). Un citoyen-scientifique de la région a même réussi à le photographier avec une caméra sensible à la faible lumière. Une équipe de chercheurs a donc collecté autant de données que possible sur cet événement pour essayer de comprendre ce qui s'est passé dans le ciel tourmenté de l'Oklahoma il y a quatre ans.

Levi Boggs, chercheur à l'Institut de recherche Georgia Tech et coauteur d'une étude publiée le 3 août dans le journal Science Advances, explique : “Nous avons pu cartographier ce jet gigantesque en trois dimensions avec des données de très haute qualité.”

A lire :   Des scientifiques découvrent un matériau "plastique" conducteur d'électricité

Des découvertes importantes sur les jets gigantesques

L'étude menée par Levi Boggs et ses collègues a permis de faire plusieurs découvertes importantes sur la structure et la formation des jets gigantesques. Tout d'abord, ils ont observé que les leaders et les éclateurs, responsables du développement des éclairs, étaient situés au-dessus du nuage orageux lors de l'événement de l'Oklahoma, contrairement à leur position habituelle en bas du nuage. Ensuite, les données radio et optiques ont montré pour la première fois que les signaux VHF observés par les réseaux de détection des éclairs étaient produits par des éclateurs à l'avant des leaders.

Boggs explique : “Ces éclateurs froids commencent leur propagation juste au-dessus du sommet du nuage. Ils se propagent jusqu'à la basse ionosphère, à une altitude de 50 à 60 miles, créant une connexion électrique directe entre le sommet du nuage et la basse ionosphère.”

Une possible explication pour ces faisceaux étranges

L'équipe de chercheurs a également proposé une explication possible concernant la formation des jets gigantesques. Boggs souligne que lors de l'événement de l'Oklahoma, il y avait une suppression inhabituelle des décharges nuage-sol : “En l'absence des décharges d'éclair que nous voyons normalement, le jet gigantesque pourrait permettre de dissiper l'accumulation d'énergie négative excessive dans le nuage.”

A lire :   Ce que nous savons des combinaisons spatiales de la mission lunaire Artemis

En d'autres termes, certains nuages orageux pourraient emmagasiner leur énergie négative, qui finirait par être libérée d'une manière ou d'une autre sous forme de jets gigantesques. Cette découverte pourrait contribuer à améliorer notre compréhension des phénomènes atmosphériques rares et mystérieux et peut-être même aider à mieux protéger nos technologies spatiales contre ces forces naturelles puissantes.

Bremont x Bamford Aurora : L'éclat des aurores boréales au poignet

Voter pour cet article
Afficher Masquer le sommaire
Thomas De Luc

Je suis étudiant et je fais partie de la rédaction de contrepoint.info. J'ai la d'aimer écrire, cependant, j'aime aussi discuter de tous les sujets et particulièrement tout ce qui touche à la Science.