La maison Santé Les nations africaines «loin d’être prêtes» pour la campagne de vaccination contre le COVID-19, selon l’agence de santé des Nations Unies |

Les nations africaines «loin d’être prêtes» pour la campagne de vaccination contre le COVID-19, selon l’agence de santé des Nations Unies |

7 min en lecture
0
0
283

Matshidiso Moeti, Directeur régional de l’OMS pour l’Afrique a souligné l’importance d’une planification et d’une préparation rigoureuses pour réussir les vaccinations contre le COVID-19.

«La plus grande campagne de vaccination de l’histoire de l’Afrique est imminente, et les gouvernements africains doivent d’urgence accélérer leur préparation. La planification et la préparation feront ou défaire cette entreprise sans précédent », a-t-elle déclaré.

«Nous avons besoin d’un leadership actif et d’un engagement des plus hauts niveaux de gouvernement avec des plans et des systèmes de coordination nationaux solides et complets mis en place», a ajouté le Dr Moeti.

L’appel a été lancé alors qu’une nouvelle analyse de l’OMS a révélé que la préparation des programmes de vaccination en Afrique est à la traîne.

État de préparation «bien en deçà» du point de référence

Selon l’analyse, basée sur l’auto-déclaration des pays, la région africaine a un score moyen de 33% de préparation pour un déploiement du vaccin COVID-19, ce qui est bien en deçà de la référence souhaitée de 80%.

L’OMS, en collaboration avec Gavi, l’Alliance pour les vaccins, la Coalition for Epidemic Preparedness Innovation et d’autres partenaires, s’emploie à assurer un accès équitable aux vaccins en Afrique par le biais de l’installation COVAX, le pilier vaccins de l’accélérateur OMS d’accès aux outils COVID-19. Lorsque les vaccins seront homologués et approuvés, COVAX s’efforcera d’obtenir suffisamment de doses pour assurer une protection initiale à 20% de la population africaine, a déclaré l’OMS.

Cependant, seulement 49% ont identifié les populations prioritaires pour la vaccination et ont mis en place des plans pour les atteindre, 44% ont des structures de coordination en place, selon l’analyse de l’OMS. En outre, 24% ont des plans adéquats de ressources et de financement, 17% ont des outils de collecte de données et de suivi prêts, et 12% seulement ont des plans pour communiquer avec les communautés pour renforcer la confiance et stimuler la demande de vaccination.

Le vaccin n’est que la première étape

Le Dr Moeti a souligné que le développement d’un vaccin sûr et efficace «n’est que la première étape d’un déploiement réussi».

«Si les communautés ne sont pas impliquées et convaincues qu’un vaccin protégera leur santé, nous ne ferons que peu de progrès. Il est essentiel que les pays atteignent les communautés, entendent leurs préoccupations et leur donnent une voix dans le processus », a-t-elle ajouté.

L’OMS a fourni son outil d’évaluation de l’état de préparation aux vaccins aux 47 pays de sa Région africaine. L’outil, à l’usage des ministères de la Santé, fournit une feuille de route pour planifier l’introduction du vaccin COVID-19 et couvre dix domaines clés, de la planification et du financement à la formation, au suivi et à l’engagement communautaire.

L’agence des Nations Unies et ses partenaires ont également publié des orientations sur la planification et le déploiement de la vaccination contre le COVID-19 à l’intention des gouvernements, afin de les aider à concevoir des stratégies pour le déploiement, la mise en œuvre et le suivi des vaccins contre le COVID-19 et à mieux intégrer leurs stratégies et financements pour accroître l’efficacité.

Charger Plus D'Articles Connexes
Charge De Plus En Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *