La véritable histoire derrière cette scène très difficile a regarder dans « House of the Dragon »

House of the Dragon arrive sur HBO , dans le premier épisode, nous avons déjà vu quelques scènes qui nous montrent la dureté avec laquelle la violence sera présentée dans la série. Avant tout, la naissance de la Reine Aemma l'épouse de Roi Viserys I.

Bien qu’à aucun moment il ne soit nommé comme tel, il est dépeint comme ce qui devait être un césarienne au début. C’est-à-dire sans anesthésie, sans mesures d’hygiène et avec une connaissance quasi nulle du sujet. Mais était-ce vraiment comme ça dans la réalité ?

Il est clair que House of the Dragon ainsi que Game of Thrones est une histoire fictive, avec de nombreuses touches de fantaisie. Mais à certains moments, il dépeint également les dures réalités des temps passés. En fait, il est dit que George R. R. Martin s’est inspiré d’épisodes réels de l’histoire pour concevoir sa célèbre intrigue de lutte pour le pouvoir. Dans les questions de santé, en fait, on peut voir certaines des procédures caractéristiques de la époque médiévale. Par exemple, ce premier chapitre parle de pratiquer des saignées ou cautériser des plaies. Quant à la césarienne, elle a ses parties réelles et fictives.

Il est vrai que les premières césariennes ont été pratiquées sans anesthésie ni mesures d’hygiène. Et peut-être aussi sanglante que celle de la reine Aemma. La grande différence, toutefois, c’est que dans le passé, cette intervention n’était effectuée pour la première fois que si la mère était morte en couches ou même avant. Beaucoup plus tard, elle a commencé à être pratiquée sur la mère vivante ; mais, comme dans le cas de la La maison du dragon sont généralement morts. Le premier cas documenté d’une césarienne dans laquelle la mère et le bébé ont survécu. a eu lieu en 1500. Curieusement, cependant, elle n’a pas été réalisée par un médecin, mais par un éleveur de porcs. Parfois, la réalité dépasse la fiction, même si ce n’est pas forcément une bonne chose.

House of the Dragon est la nouvelle série dans l’univers de Game of Thrones.

La césarienne à travers l’histoire

A Rome, le 8e siècle avant J.-C., il y avait une loi qui interdisait l’enterrement des femmes enceintes décédées sans avoir préalablement retiré le bébé par une incision abdominale. L’objectif était essentiellement de de les enterrer séparément. Toutefois, dans les cas où la grossesse est très avancée, il peut arriver que le bébé naisse vivant. Ce n’est pas le cas le plus fréquent, mais cela peut arriver. En fait, la légende veut que Jules César soit né de cette façon, d’où son nom, bien que cela ne semble être qu’un mythe. Ce que nous savons, c’est que les enfants nés par césarienne étaient connus sous le nom de Caesones. Par conséquent, un nombre suffisant de bébés doivent être nés vivants.

Mais il faut remonter bien plus loin dans le temps pour trouver les premiers cas documentés de césarienne chez une femme vivante. C’était précisément le castrateur de porcs Jacob Nufer qui a pratiqué cette première opération sur sa femme Elizabeth, dont l’accouchement après plusieurs heures devenait trop compliqué. À cette époque, l’anesthésie telle que nous la connaissons aujourd’hui n’existait pas encore, il a donc dû utiliser, tout au plus, un mélange de plantes opiacées. En ce qui concerne les outils, il a utilisé un rasoir du genre de ceux qu’il utilisait pour raser les cochons.

Malgré tout, la femme et l’enfant ont survécu et, en fait, elle a eu jusqu’à cinq naissances réussies après. Par conséquent, elle peut également être considérée comme la première femme à avoir accouché par voie vaginale après une césarienne.

Après cette intervention réussie, certains chirurgiens ont osé répéter la procédure dans un environnement un peu plus chirurgical, bien que très éloigné des salles d’opération d’aujourd’hui. Cependant, leur taux de mortalité très élevé sur place et plusieurs jours plus tard de septicémie, a fait que cette méthode est tombée en désuétude et n’a été utilisée que dans quelques cas où l’accouchement était si compliqué que la femme mourrait de toute façon.

Seulement au 18ème siècle ont commencé à être menées avec une certaine régularité et un peu plus de succès. Et surtout au XIXe siècle, lorsque l’utilisation de l’anesthésie a été introduite et que les mesures d’hygiène ont été encore améliorées, les taux de survie ont atteint des niveaux beaucoup plus élevés. A titre d’anecdote, on peut noter ici que l’un des premiers médecins à utiliser l’anesthésie, bien que cela n’ait rien à voir avec la césarienne, fut l’Anglais John Snow à ne pas confondre avec le Targaryen perdu Jon Snow.

La maison du dragon

Le cas de « House of the Dragon ».

Dans le premier chapitre de House of the Dragon le mestre qui assiste à l’accouchement de la reine Aemma parle au roi d’une nouvelle intervention qui commence à être réalisée dans la Citadelle. Il explique qu’il s’agit de faire sortir le bébé par une incision dans l’utérus. Cependant, il rappelle que cela entraînerait très probablement la mort de la mère. Il lui fait donc choisir laquelle des deux elle préfère pour survivre.

Sans aucun doute, cela a dû être l’avertissement lors des premières césariennes pratiquées sur des femmes vivantes, car il était très difficile pour elles de vivre pour raconter cette histoire. Quant à l’opération, aucune anesthésie n’est utilisée. Cependant, peu de temps avant le début de l’opération, le mestre explique à Viserys qu’ils ont utilisé… lait de pavot mais qu’en faire plus pourrait être dangereux pour l’enfant. Il s’agit d’une substance opiacée qui apparaît à de nombreuses reprises dans les romans de Martin, et qui ne serait pas très éloignée des mélanges d’herbes utilisés pour les premières césariennes.

Enfin, cette procédure macabre pourrait également ressembler aux césariennes pratiquées lorsqu’il n’y avait pas encore suffisamment de connaissances à son sujet. Il n’est donc pas surprenant que la reine Aemma, prise par surprise par l’intervention, finisse par mourir dans la tentative.

Afficher Masquer le sommaire