La décision absurde qui a forcé l’annulation du lancement d’Artemis

Lundi dernier, le 29 août, les scientifiques de la mission Artemis ont été contraints de reporter leur première tentative de lancement vers la Lune.

L’un des moteurs de la fusée SLS, qui devait propulser le vaisseau spatial Orion, n’a pas réussi à se refroidir correctement pendant le refroidissement et, pour ne rien arranger, une possible fuite d’hydrogène a été détectée. Le moteur était un casse-tête, car peu importe les différentes façons de le refroidir, il n’y avait aucun moyen de le faire.

Mais nous savons maintenant que ce n’est pas qu’ils ne pouvaient pas le faire, mais qu’ils ne le mesuraient pas correctement, car le défaut n’était pas dans le moteur, mais dans l’un de ses capteurs de température.

La NASA a expliqué cela lors de la même conférence de presse au cours de laquelle il a été annoncé que la deuxième tentative n’aurait pas lieu le 2 septembre, mais le 3 septembre. Ils y expliquent les conséquences de cette découverte. Bien qu’il s’agisse d’une bonne nouvelle que le seul défaut soit celui du capteur, pour le réparer, il faudrait ramener la fusée au Vehicle Assembly Building du Kennedy Space Center en Floride. Cela prendrait du temps et peut-être la première phase d’Artemis. devrait être reportée au mois d’octobre.

Logiquement, c’est mieux que de perdre le navire. Toutefois, cela peut ne pas être nécessaire. Le plan de la NASA consiste actuellement à vérifier si, grâce à d’autres mesures, la santé des moteurs peut être assurée, sans que ce capteur particulier ait besoin de fournir des valeurs adéquates. C’est risqué et ils ne le feront certainement que s’ils considèrent que le risque est minimal. Ils sont les premiers à vouloir bien faire les choses.

Le moteur qui ne voulait pas refroidir

Les ergols d’hydrogène et d’oxygène liquides utilisés pour les fusées sont à très basse température. C’est pourquoi il est important de refroidir les moteurs avant le lancement, afin qu’ils ne soient pas soumis à un changement de température très brutal par la suite. Lundi dernier, tout se passait bien jusqu’à ce qu’un des quatre moteurs de la fusée Artemis commence à tomber en panne. Alors que les autres ont refroidi sans problème, le numéro 3 était encore trop chaud. Il ne pouvait pas recevoir de carburant correctement.

Diverses astuces ont été tentées, comme la fermeture des soupapes sur les autres moteurs, afin qu’il prenne le liquide de refroidissement avec plus de pression. Cependant, même cela n’a pas fonctionné. En outre, la formation de givre à un endroit de la fusée a fait craindre aux ingénieurs que de l’hydrogène puisse s’échapper de la fusée. Il s’agissait de deux échecs inquiétants, et la mission a finalement été avortée quelques minutes seulement après l’ouverture de la fenêtre de lancement.

À partir de ce moment, les scientifiques d’Artemis ont continué à étudier la fusée et ses moteurs, à la recherche de l’erreur. Qu’est-ce que le moteur 3 avait que les autres n’avaient pas ? Une inspection minutieuse a donné une réponse plutôt inattendue : les mesures de l’un des capteurs de température ne correspondaient pas à la physique environnante. Ou, plus simplement, il ne fonctionnait pas correctement.

Que va-t-il arriver à Artemis maintenant ?

Si c’est le seul problème, les scientifiques d’Artemis pensent que les données des autres capteurs, notamment ceux qui mesurent des paramètres tels que la pression, peuvent donner un aperçu du refroidissement du moteur. Après tout, la pression est également affectée par la température. Si chaque paramètre susceptible d’être influencé est modifié de manière appropriée, on peut se passer de ce capteur particulier.

Cependant, une attention particulière doit également être accordée à la zone où l’éventuelle fuite s’est produite. Il faut s’assurer qu’il n’y a pas de fuite d’hydrogène, car cela pourrait être fatal à la mission. Si tout cela et les conditions météorologiques se passent bien, Artemis aura une nouvelle chance de se rendre sur la Lune ce samedi 3 septembre. Espérons que c’est le bon.

Afficher Masquer le sommaire