Jean Castex déclare à l’issue d’un séminaire gouvernemental que les conditions ne sont pas réunies pour appliquer la réforme des retraites !

Lors d’un séminaire gouvernemental ce 8 septembre, Jean Castex a abordé la réforme des retraites.

Lors d’un séminaire gouvernemental ce 8 septembre, Jean Castex a abordé la réforme des retraites. D’après ses propos, cette mesure ne pourrait pas être appliquée dans les conditions actuelles.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Jean Castex (@jcastexpm)

À quoi s’attendre de la réforme des retraites ?

La réforme des retraites tant attendue ne verra pas le jour de sitôt. À l’issue d’un séminaire gouvernemental tenu à l’Élysée, le Premier ministre a tranché sur le sujet. Il reconnait la nécessité absolue de cette mesure, mais explique que les conditions pour la relancer n’étaient pas réunies jusqu’à ce jour.

Pour ce qui concerne les conditions à réunir, il évoque d’une part la pandémie liée à la Covid-19 et d’autre part la relance économique. « Le processus ne pourra reprendre que lorsque la pandémie sera sous contrôle et que la reprise économique sera suffisamment solide, c’est une question de bon sens, c’est un préalable à la réussite de cette réforme très importante », a-t-il souligné.

C’est une réforme qui nécessite une grande mobilisation de ressources. « Tous régimes confondus, le déficit attendu devrait atteindre cette année, selon le Conseil d’orientation des retraites (COR), huit milliards d’euros et très vraisemblablement 11 milliards à l’horizon 2030 », a mentionné Jean Castex pour persuader ceux qui sont réticents quant à l’application de la réforme. Bien que la mesure soit primordiale, il estime que « nous avons l’impérieux devoir de défavoriser au maximum l’unité du pays ».

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Jean Castex (@jcastexpm)

Rumeurs d’un minimum retraite de 1000 euros

La suspension de la réforme de retraites qui a suscité tant d’engouement en 2019 aurait fait resurgir l’hypothèse de la relance d’une autre réforme des retraites qui divise profondément. Selon Les Échos, le chef de l’État envisagerait la suppression des régimes spéciaux de retraite qui seront remplacés par l’instauration d’un minimum de pension à 1000 euros avant la fin de son quinquennat.

Emmanuel Macron avait entretenu le suspense sur la mise en vigueur de cette réforme avant la fin de son mandat. Il avait indiqué qu’elle serait mise en application lorsque la crise sanitaire sera maitrisée. Il avait d’ailleurs convié le gouvernement à négocier avec les partenaires sociaux lors de la rentrée. Sauf que ces derniers ne veulent aucune concertation sur la réforme de retraites avant la prochaine présidentielle.

Qu’en est-il de la réforme du chômage ?

Dans son discours lors de ce séminaire gouvernemental, le Premier ministre est revenu sur une autre réforme majeure : celle du chômage qui a été aussi suspendue en raison de la pandémie lie la coid-19. Qualifiant cette mesure d’absolument indispensable, le Premier ministre la présente comme « l’une des réponses aux difficultés de recrutement visant à remettre de l’ordre dans un régime fondamentalement utile, mais dont les règles avaient progressivement dérivé ».

Jean Castex informe que les nouvelles règles établies pour le calcul du montant des allocations chômage qui devaient être appliquées dès le 1er juillet sont suspendues par le Conseil d’État. Ce dernier évoque des « incertitudes sur la situation économique ». À ce propos, le Premier ministre rassure qu’un nouveau décret sera soumis dans les semaines à venir au Conseil d’État.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis