House of the dragon : Si Viserys a la lèpre, pourquoi personne n’a peur de l’approcher ?

Lorsque nous avons vu, dans les premiers chapitres de House of the dragon, avec quelle facilité les plaies du trône du roi Viserys s'infectaient, nous étions nombreux à penser qu'il ne vivrait pas jusqu'à un âge avancé.

Pourtant, il a vécu pour voir grandir ses enfants et certains de ses petits-enfants. Il a également vécu pour les voir se battre entre eux, mais c’est une autre histoire. Le fait est que sa mort est arrivée beaucoup plus tard que prévu. Et cela se passe dans un état de santé désastreux, atteint par ce qui semble être la lèpre.

Son corps décharné, plein de plaies ouvertes, sa peau putréfiée et le tissu ou le masque d’or couvrant son visage pour ne pas révéler son état d’émaciation, nous amènent à penser clairement à cette maladie. Il est toutefois curieux que sa fille Rhaenyra et son frère Daemon l’approchent sans crainte, et le présentent même à leurs deux jeunes enfants. Ou que sa femme, Alicent, prend soin de lui et touche son visage sans crainte. Même ses domestiques l’emmènent dîner avec toute la famille sans aucune mesure de sécurité. La lèpre n’est-elle pas si contagieuse ?

Il est bien connu que, pendant des siècles, les personnes atteintes de la lèpre ont été traitées comme des pestiférés. Il existait même des îles réservées aux lépreux, où ils étaient entassés en attendant la mort, de peur qu’ils ne contaminent d’autres personnes. Aujourd’hui, bien qu’elle soit considérée comme une maladie du passé, il y a encore des milliers de cas par an. Par exemple, 127 558 nouveaux patients ont été détectés pour la seule année 2020.. Et là où le temps ne semble pas s’être écoulé, c’est que, en partie, ils continuent d’être considérés comme les mauvais élèves. Même si nous savons aujourd’hui que la maladie n’est pas aussi contagieuse qu’on nous l’a fait croire. Il semble que dans House of the dragon, cela soit beaucoup plus clair pour eux que dans la vie réelle. Ou peut-être que si le malade n’avait pas été roi, le traitement aurait été très différent.

A lire :   House of the dragon vs Les Anneaux de Pouvoir : La bataille du streaming en HBO et Amazon !

Pourquoi savons-nous que ce personnage de « House of the dragon » a la lèpre ?

Étant donné les problèmes liés aux blessures causées par le trône de fer, on pourrait penser que la maladie de Viserys est plus probablement due à une complication des blessures.

Cependant, il ne serait pas logique qu’il ait vécu tant d’années avec une infection et, de plus, on constate qu’il présente des lésions à d’autres endroits qui n’ont pas pu être exposés au trône. Mais, en outre, dans ce cas, nous n’avons pas à faire d’hypothèses. Il suffit de regarder Paddy Considine, l’acteur qui joue Viserys dans Dragon House, a récemment admis dans une interview que son personnage souffrirait de la lèpre..

Par conséquent, il n’y a rien à supposer. Le roi a la lèpre et ni sa femme, ni son frère, ni ses enfants, ni ses serviteurs n’ont peur de lui. Fondamentalement, parce que la contagion n’est pas si facile.

Quand la maladie devient-elle contagieuse ?

La lèpre est une maladie causée par la bactérie Mycobacterium leprae, qui affecte principalement la peau, les nerfs périphériques, la muqueuse des voies respiratoires supérieures et les yeux. Elle peut entraîner des handicaps tels que la cécité et, dans le pire des cas, la mort. Il est donc important de la traiter avec des antibiotiques dès les premiers stades. C’est le cas aujourd’hui, bien sûr. Avant qu’Alexander Fleming ne découvre la pénicilline en 1928, cette option n’existait pas.

A lire :   House of the Dragon : le meilleur épisode de la série, jusqu'à présent

Il ne restait donc plus qu’à traiter les symptômes, avec plus ou moins de succès. À une époque où la médecine avait encore beaucoup de chemin à parcourir, les traitements allaient des bains de sang d’enfants ou de femmes vierges au venin de cobra, en passant par l’huile de chaulmoogra, un remède sans preuve scientifique (comme les autres mentionnés), qui est encore utilisé aujourd’hui dans la médecine ayurvédique. L’option de la castration des malades était également utilisée, bien que cela ne leur soit évidemment d’aucune utilité.

Finalement, la solution la plus définitive a été d’isoler ces patients et de les laisser pratiquement mourir. C’était censé être une maladie très contagieuse, donc cela semblait être le seul moyen d’éviter les épidémies. Aujourd’hui, cependant, nous savons que pour qu’il y ait contagion, un contact très étroit et prolongé est nécessaire.

Par conséquent, si des actions telles que serrer la main ou étreindre un lépreux, voyager à côté de lui ou s’asseoir pour manger avec lui, sont entreprises, il n’y aura pas de contagion. Dans House of the dragon, Rhaenyra sait que ses jeunes enfants ne tomberont pas malades en restant assis dans le lit de leur grand-père pour qu’il puisse les rencontrer. Et les invités du dîner où ils tentent de resserrer certains liens familiaux ne souffrent pas non plus d’être à côté de lui. Même Alicent n’a pas peur de caresser sa joue quelques minutes avant sa mort.

A lire :   House of the Dragon : La légende de la folie des Targaryen est-elle réelle ?

Aujourd’hui, dans les endroits où la maladie est encore répandue, la stigmatisation est toujours combattue. Le terme lépreux est encore conçu comme synonyme d’une personne que tout le monde fuit par peur de la contagion. Mais cela ne devrait pas être le cas. C’est en cela (et seulement en cela) que nous devons apprendre des personnages de Dragon House. Ils savaient que ce n’était pas une maladie très contagieuse et n’ont pas traité Viserys comme le lépreux qu’il était vraiment.

Mais, attention, car il ne s’agit pas d’une simple fiction. Dans le passé, il y a aussi eu des rois qui ont souffert de la lèpre. C’est, par exemple, le cas de Baldwin IV de Jérusalem. En fait, il était connu comme le roi lépreux, car il a souffert de cette maladie pendant de nombreuses années. Il est finalement mort jeune, en 1185, alors qu’il n’avait que 24 ans. Mais cette condition ne l’a pas empêché de continuer à servir en tant que monarque jusqu’à son dernier souffle.

En définitive, on ne sait pas si le rejet des lépreux est dû à l’ignorance scientifique ou au classisme. Espérons que c’est le premier. Après tout, il est beaucoup plus facile à soigner que la seconde. Pour le classisme, contrairement à la lèpre, il n’y a pas d’antibiotiques qui fonctionnent.

Afficher Masquer le sommaire