Gestion de l’afflux de réfugiés afghans : le courrier de Marlène Schiappa qui fâche les élus locaux!

La crise occasionnée par la prise de pouvoir des talibans, serait en train de créer une crise administrative en France.

La crise occasionnée par la prise de pouvoir des talibans, serait en train de créer une crise administrative en France. Madame la ministre demande aux maires de faire encore plus d’effort pour accueillir les réfugiés afghans. Les maires s’indignent et répliquent. Les collaborateurs jouent mal les cartes d’apaisement.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Marlène Schiappa (@marleneschiappa)

Que dit le courrier de Marlène Schiappa

Rappelons tout d’abord que Marlène Schiappa, est la ministre en charge de la citoyenneté française. C’est à ce titre qu’elle adresse son courrier à plusieurs maires. Dans le courrier, madame la ministre demande aux maires qui ont accepté accueillir des ressortissants afghans ; désormais « refugiés » de mettre plus la main à la poche pour réserver à ces personnes un accueil digne des valeurs hospitalières françaises.

Elle ajoute dans son courrier qu’elle constate que le service offert par les maires aux immigrés manquerait de véritables mesures d’accompagnement. Pour elle, les maires doivent faire encore plus que ce qu’ils font déjà, car l’Etat attend plus.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Marlène Schiappa (@marleneschiappa)

Réaction des maires face au courrier

Pour la majorité des maires, madame la ministre n’a pas de leçon à les donner en matière de gestion administrative de cette situation. Les mairies ont toujours agi favorablement envers le pouvoir centrale. Elles ont toujours accompagné les initiatives citoyennes de l’Etat. Mieux encore dans l’accueil des réfugiés afghans, elles font déjà ce qu’elles peuvent.

Pour certains élus locaux comme la maire de Nantes, il ne revient pas à l’administration locale de mettre la main à la poche. Quand il s’agit de mettre les personnes à l’abri, c’est une responsabilité de l’Etat. L’Etat peut solliciter l’accompagnement des mairies, mais ne pas en faire une exigence administrative.

Un courrier adressé au premier ministre par plusieurs élus locaux

Ils sont une douzaine à saisir le premier ministre par un courrier signé de tous. Dans leur courrier, ces élus locaux rappellent au premier ministre que L’Etat est en train de confondre les rôles.

Pour ces derniers, l’Etat a le devoir de prendre soins des réfugiés dans toutes les mairies d’accueil. Il ne devrait donc pas laisser cette responsabilité aux élus locaux. Toutefois, les élus locaux signataires du courrier réaffirment leur disponibilité à accompagner l’Etat. Ils dénoncent un manque de respect à leur endroit par madame la ministre à travers son courrier.

Réaction des collaborateurs de la ministre

Loin d’apaiser la tension, l’entourage de la ministre semble être en soutien politique à Marlène Schiappa. Pour certains d’entre eux, la ministre serait dans son rôle. Ils pensent que certains élus locaux jouent avec hypocrisie sur leur rôle pendant les élections et de désengagent après. Ils manquent de joindre les actes aux promesses de campagnes au moment opportun.

Ces derniers se lancent dans des justificatifs de droit administratif, pour couvrir leur manque de volonté. Pour ces collaborateurs de la ministre, ces élus ne veulent pas collaborer avec les préfectures. Ainsi donc, la ministre n’a fait que les inviter à honorer leur engagement pris en son temps. Pour ce qui est du manque de respect, il n’en est pas une, selon l’entourage de la ministre.

 

 

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis