La maison High-Tech Facebook, un pied dans le cloud gaming pour se préparer au défi des géants

Facebook, un pied dans le cloud gaming pour se préparer au défi des géants

4 min en lecture
0
0
72

Après Google, Microsoft et Amazon, Facebook a également décidé d’investir dans les jeux en annonçant une nouvelle version cloud de Facebook Gaming

Dans l’arène du cloud gaming, seul Facebook manquait parmi les géants du web. A partir du lundi 26 octobre, le géant de Menlo Park a également décidé de prendre le terrain.

Pas une entrée explosive, comme en témoigne le billet de blog laconique avec lequel l’annonce a été faite qui se compose pour l’instant de quelques jeux «gratuits» et d’un accès limité aux utilisateurs d’Android et à ceux qui se connectent via le bureau. iOS arrivera peut-être à une date ultérieure car « Apple traite les jeux différemment et continue d’exercer un contrôle sur une ressource très précieuse », lit-on dans le post.

Il est cependant indéniable que le passage concernant Facebook, avec cette première étape structurée dans le cloud gaming, ne peut être décomptabilisé, arrivant cependant quelques mois après le lancement de Google’s Stadia et un mois après le son de la trompette d’Amazon, se mettant dans le sillage des joueurs. du «secteur» du calibre de Sony, Microsoft, Nvidia.

Contrairement aux autres, cependant, Facebook n’a pas choisi de proposer ses offres par abonnement, qui sont actuellement limitées à certains États américains. En revanche, il est certain que le potentiel est énorme. Le géant de Mark Zuckerberg ce jeudi 29 octobre lèvera le voile sur les comptes du troisième trimestre de l’année – après un deuxième trimestre avec des bénéfices en hausse à 5,18 milliards contre 3,96 milliards, soit 1,80 dollar par action contre 1 , 39 $ attendus et les revenus supérieurs aux attentes ont grimpé de 11% à 18,7 milliards – revendique quelque 380 millions de joueurs par mois sur sa plateforme, financés par des mini-jeux.

Le changement de rythme vise évidemment à renforcer l’engagement de ses utilisateurs en visant à alimenter les revenus publicitaires qui représentent 98,6% de l’activité totale de Menlo Park (31,5 milliards de revenus sur 31,9 au total dans les six mois clos en juin 2020) et sur lequel Facebook a entamé un grand travail de diversification étant donné que, comme expliqué dans la conférence téléphonique sur la présentation des comptes du deuxième trimestre 2020, «les 100 premiers annonceurs représentaient 16% de nos revenus publicitaires, qui est le pourcentage le plus bas en un an « .

Charger Plus D'Articles Connexes
Charge De Plus En High-Tech

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *