Emmanuel Macron nomme Elisabeth Borne au poste de Premier ministre, une première depuis 30 ans

Emmanuel Macron a nommé lundi l'ancienne ministre du travail Elisabeth Borne comme nouveau Premier ministre en remplacement de Jean Castex, qui avait démissionné quelques heures plus tôt.

Mme Borne, qui avait également été ces dernières années ministre des Transports et de la Transition écologique, est « une femme de conviction, d’action et de réussite« , selon Emmanuel Macron, qui l’a déjà chargée de former un gouvernement, selon une note fournie par l’Élysée.

Sa nomination n’a pas été bien accueillie par les chefs des principaux partis d’opposition. Pour la leader du Rassemblement national d’extrême droite, Marine Le Pen, la nomination de Macron montre « son incapacité à s’unir et la volonté de poursuivre sa politique de mépris« .

Dans un message sur son profil Twitter, Mme Le Pen affirme que cette nomination représente « la déconstruction de l’État, la destruction sociale, l’extorsion fiscale et le laxisme« , tandis que le leader de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, prédit « une nouvelle saison d’abus sociaux« .

« Mme Borne représente tout ce qui n’a pas marché ces vingt dernières années« , écrit également Mélenchon dans son profil, qui accuse la nouvelle première ministre d’être « parmi les figures les plus dures de l’abus social » et rappelle certaines de ses politiques comme la réduction de l’allocation d’un million de chômeurs, la suppression des prix réglementés du gaz ou l’augmentation de l’année de retraite.

Celui qui a eu des mots élogieux est son prédécesseur, Jean Castex, un « chef d’équipe efficace au service de la France » et « un serviteur » de l’État et de « ses agents courageux« , selon les mots de l’actuel ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin.

M. Castex avait déjà révélé après les élections qu’il démissionnerait, ainsi que l’ensemble de son gouvernement, « dans les jours suivant » la victoire de M. Macron, qui a remporté le second tour de l’élection présidentielle face à la candidate d’extrême droite Marine Le Pen.