Emmanuel Macron allie renouvellement et continuité avec son nouveau gouvernement

Le changement de certains ministères, comme celui de l'économie, des finances et de la souveraineté industrielle, a été une surprise.

Elisabeth Borne a annoncé vendredi la composition du nouveau gouvernement, qui allie renouvellement et continuité, puisque des poids lourds comme les ministres de l’Économie, Bruno Le Maire, et de l’Intérieur, Gérald Darmanin, restent en place. La diplomate LR Catherine Colonna, porte-parole du gouvernement pendant la présidence de Jacques Chirac, sera la responsable des affaires étrangères, selon la liste annoncée par le secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler.

Clément Beaune, le vice-ministre des affaires étrangères, sera à nouveau le numéro deux des affaires étrangères, avec une responsabilité directe pour l’Europe. Le nouvel exécutif comprend également plusieurs fidèles de Macron qui ont été promus, comme l’ancienne secrétaire d’État Olivia Grégoire, qui devient la nouvelle porte-parole du gouvernement.

La conseillère du président, Rima Abdul Malak, sort de l’ombre pour diriger le ministère de la Culture, en remplacement de Roselyne Bachelot, tandis que Stanislas Guerini sera chargé de la Transformation et le nouveau ministre de la Culture.

Parmi les 17 ministères annoncés, les six ministres délégués et les quatre secrétaires d’État, d’autres noms de l’entourage de Macron se distinguent, comme le ministre de la Santé qui a géré la pandémie, Olivier Véran, qui deviendra le ministre délégué du Premier ministre chargé des relations avec le Parlement.

A lire :   Emmanuel Macron : une possible prise de parole du président pour d’éventuelles mesures strictes

Le ministère de la Santé reviendra désormais à Brigitte Bourguignon, ancienne députée socialiste en 2012 puis en 2017 avec La République en Marche.

Amélie de Montchalin, l’un des plus jeunes visages du nouvel exécutif, âgé de 36 ans, est désormais ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, tandis qu’Agnès Panier Runacher sera ministre de la Transition énergétique.

Le ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, est de retour dans ses fonctions, et l’ancien ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, sera désormais en charge de la Défense, tandis que la députée macroniste Yaël Braun-Pivet sera en charge des Outre-mer.

L’historien Pap Nd’iaye, professeur à Sciences Po et directeur du Musée de l’immigration, sera ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse, et la responsable de l’enseignement supérieur et de la recherche sera la physicienne Sylvie Retailleau.

Le changement de nom de certains ministères, comme l’Économie, les Finances et la Souveraineté industrielle et numérique, ainsi que l’Agriculture et la Souveraineté alimentaire, qui reviendra au centriste Marc Fesnau, a surpris.

Cette revendication de souveraineté coïncide avec les promesses de Macron d’accroître l’autonomie et l’indépendance du pays en matière de production industrielle et alimentaire.

Le conservateur Damien Abad, qui vient de quitter la tête du groupe parlementaire du Parti républicain, sera le ministre de la solidarité, de l’autonomie et des personnes handicapées.

A lire :   Sécurité en France : Xavier Bertrand tire à boulets rouges sur Emmanuel Macron !

Enfin, le poste de ministre des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques a été confié à l’ancienne responsable de la Fédération française de tennis, Amélie Oudéa-Castéra.