Crise de la Covid-19 : les craintes de l’OMS pour l’Europe sont-elles justifiées ?

Près de deux ans après son apparition, la Covid-19 continue toujours de faire des victimes à travers le monde. Comme sur tous les continents, l’Europe n’a pas été épargnée. Le vieux continent compte ainsi à l’heure actuelle un peu plus de 1,3 million de morts dus au Covid-19.

Près de deux ans après son apparition, la Covid-19 continue toujours de faire des victimes à travers le monde. Comme sur tous les continents, l’Europe n’a pas été épargnée. Le vieux continent compte ainsi à l’heure actuelle un peu plus de 1,3 million de morts dus au Covid-19.

Toutefois, grâce en partie aux campagnes vaccinales, on note un léger recul et une certaine stabilisation de la pandémie aujourd’hui. Malgré tout, l’OMS émet quelques craintes quant à un possible regain de terrain de la pandémie en Europe.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par World Health Organization (@who)

L’OMS craint plus de 200 000 morts de plus en Europe d’ici la fin de l’année

Alors que les campagnes de vaccinations continuent de battre leur plein et que les populations européennes espèrent reprendre le plus tôt possible le cours normal de leur vie, l’Organisation Mondiale de la Santé redoute plus de morts.

L’organisation sanitaire mondiale redoute en effet 236 000 morts de plus en Europe d’ici la fin de l’année. Lors d’une conférence de presse, le directeur régional de l’OMS Europe Hans Kluge a déclaré « La semaine dernière, le nombre de morts dans la région a augmenté de 11 %, avec une projection fiable prévoyant 236 000 morts en Europe d’ici le 1er décembre ».

Ces 236 000 morts viendront ainsi s’ajouter aux 1,3 million de morts déjà causés par la Covid-19.

Les raisons de cette inquiétude

Plusieurs raisons justifient donc cette inquiétude du directeur régional. Il y a tout d’abord le variant Delta qui continue jour après jour de gagner du terrain. Apparu en Inde et très contagieux, ce variant a fait largement augmenter le taux d’infection de la maladie.

Selon M. Kluge, 33 pays d’Europe ont noté une hausse de plus de 10 % de l’incidence des cas en deux semaines.

Le directeur régional déplore ensuite un « assouplissement exagéré » des restrictions, ce qui a facilité les brassages, les rassemblements et les voyages cet été. Cela pourrait entraîner une hausse des cas dans les prochaines semaines.

Enfin, M. Kluge se dit aussi préoccupé de la « stagnation » du rythme des vaccinations en Europe. Selon lui, le taux de vaccination aurait chuté de 14 %. Cette chute serait due au manque d’accès aux vaccins dans certains pays et d’un manque d’acceptation dans d’autres.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par World Health Organization (@who)

La couverture vaccinale encore au cœur des débats en Europe

Figurant parmi les mesures préventives les plus avancées au monde, la couverture vaccinale européenne ne donne pas encore totalement satisfaction. L’écart étant trop grand entre les pays les mieux vaccinés et les moins vaccinés.

Selon M. Kluge, 6 % seulement des habitants des pays à revenu faible et revenu intermédiaire sont entièrement vaccinés. Selon l’OMS, dans certains pays européens, les soignants vaccinés sont de l’ordre de 01 sur 10.

Et on a aussi des données comparatives du Centre européen de prévention de contrôle des maladies qui montrent un clivage entre l’Ouest et l’Est, la couverture vaccinale étant plus poussée à l’Ouest.

Les inquiétudes de Hans Kluge sont donc justifiées à bien des égards. On espère toutefois une couverture vaccinale plus aboutie afin d’atteindre le taux de 80 % de vaccinés souhaité et qui permettra d’arriver à un rapide recul de la pandémie.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis