Coronavirus : le variant anglais serait beaucoup plus transmissible et peut-être plus mortel que la souche classique

Depuis pratiquement une année, le coronavirus est dans nos vies, mais les variants ont également impacté notre quotidien.

Coronavirus
Source : capture Pixabay

Les Français souhaitent savoir si un jour ils pourront retrouver une vie « normale ». Certaines rumeurs annoncent un tel retour à la mi-avril, d’autres penchent pour le mois de mai ou de juin. Le flou est donc au rendez-vous notamment à cause des variants, celui en provenance de l’Angleterre serait au coeur de vives inquiétudes. Des scientifiques tentent alors de savoir s’il est beaucoup plus mortel que la version classique. Ils auraient déjà pu constater que la transmission était beaucoup plus forte.

Le variant anglais serait bien plus mortel selon une nouvelle étude

La London School of Hygiene & Tropical Medicine a réalisé une étude qui devrait être prochainement publiée. Les scientifiques ont pu se baser sur le variant anglais du coronavirus notamment pour savoir s’il était réellement plus mortel. La réponse semble être affirmative au vu des résultats partagés notamment dans un article de Futura Sciences. Toutefois, la communauté scientifique n’aurait pas encore pris en compte toutes ces informations, il faut alors les prendre avec des pincettes.

  • Cette étude est tout de même intéressante, car d’autres ont pu s’attarder sur le caractère transmissible du coronavirus.
  • Nous savons déjà que le variant anglais se transmet plus facilement, mais à ce jour, personne n’a pas pu se pencher sur le caractère létal.
  • Si l’étude répond à toutes les attentes et si les résultats sont vraiment exploitables, ils pourraient donc être prochainement publiés.

Les données médicales sont issues de la National Health Service et les scientifiques ont pu constater que les personnes avaient été atteintes par le coronavirus entre le 16 novembre 2020 et le 11 janvier 2021. L’étude est tout de même importante puisque ce sont près de 184 000 personnes qui ont été concernées par cette recherche et parmi elles, plus de 91 000 avaient le variant anglais.

Dans la plupart des cas, le variant anglais a tendance à infecter des patients un peu plus jeunes par rapport au coronavirus classique. Plusieurs facteurs ont alors été pris en compte à savoir les comorbidités, l’âge, la santé… Nous savons déjà que le variant anglais est à l’origine d’une progression assez importante en France ou dans le monde entier et il serait aussi très présent pour les hospitalisations. Les scientifiques ont donc pu en conclure que le variant anglais était réellement plus mortel que la souche traditionnelle.

D’autres données importantes et relatives au variant anglais

Sur le site Internet de Futura Sciences, nous apprenons que le variant anglais aurait tendance à être plus important pour les hommes que pour les femmes et le risque de contamination serait plus élevé en fonction de l’âge et des comorbidités. Après 28 jours, le risque absolu de décès est donc plus fort pour les hommes qui ont près de 80 ans et qui présentent également deux comorbidités au minimum.

Il faudra alors attendre pour savoir si cette étude est validée et si le variant anglais est vraiment plus mortel, mais les conclusions qu’il faut prendre avec des pincettes sont assez intéressantes. Il faut toutefois se focaliser sur la campagne de vaccination, car ce serait le seul moyen pour se débarrasser de cette crise sanitaire qui dure déjà depuis plus d’un an en France. Des études ont montré que les vaccins proposés par Moderna et Pfizer avaient de vrais avantages par rapport au variant anglais puisque la protection serait plus importante.

N’oubliez pas de respecter les gestes barrières, il faut porter un masque le plus possible et surtout désinfectez bien vos mains lorsque vous le manipulez. Il ne faut pas le porter plus de quatre heures et dans la plupart des cas, si vous l’enlevez, il est préférable de le changer.


Marion Doucet

Très polyvalente, je rédige pour tous les domaines, vous retrouverez des astuces de grand-mère, un peu de people, mais également du jardinage, puisqu’il s’agit de ma grande passion. Les actualités généralistes et décontractées seront aussi au programme.