CompuServe : Le réseau social oublié qui existait avant même internet

L’internet a changé le monde en seulement trois décennies. Mais avant que tout ordinateur dans le monde disposant d’une connexion puisse accéder pleinement à tout ce que le web avait à offrir, il existait des systèmes fermés qui, après avoir été mis en œuvre dans de grandes entreprises en se connectant aux mêmes machines ou serveurs, ont commencé à donner les premiers aperçus du potentiel de communication que le réseau des réseaux allait avoir des années plus tard. Et le plus grand représentant de ces communautés fermées, qui ont fini par être très ouvertes, était celui promu par CompuServe.

CompuServe a ouvert ses portes en 1969 sous l’égide de Golden United Life Insurance of Ohio. Son objectif était de fournir un service de partage du temps aux entreprises. En d’autres termes, les grandes entreprises avaient contracté des serveurs pour prendre en charge leurs connexions locales, des services très coûteux à l’époque, et l’objectif des solutions de partage du temps était de partager le surplus contractuel à l’heure avec des tiers lorsqu’il n’était pas utilisé. C’est-à-dire, en dehors des heures de bureau : au public privé.

L’idée d’offrir un service similaire aux consommateurs semblait un peu risquée en 1979, lorsque les ordinateurs personnels étaient encore l’apanage de très peu de personnes. Cependant, cela a fonctionné. L’arrivée d’appareils comme le TRS-80 Model 100 de Radio Shack, un premier ordinateur très basique mais abordable, a aidé.

Ces premiers PC n’étaient que des machines à écrire avec une connexion, et CompuServe a commencé à utiliser une technologie appelée « vidéotexte » qui permettait d’envoyer des textes par téléphone. Cela a permis de fournir des informations, notamment des nouvelles de dernière minute. Un précédent pour les journaux en ligne était né.

Au cours de ses premières années d’existence, CompuServe n’a attiré qu’un millier d’utilisateurs vivant à proximité des bureaux de son assureur mère. L’année suivante, il a été acquise par H&R Block, Inc.. qui a apporté le soutien financier nécessaire à la croissance rapide du réseau.

Grâce au vidéotexte, CompuServe a permis aux utilisateurs d’accéder à une grande variété d’informations depuis leur domicile. Les utilisateurs pouvaient accéder à des bases de données proposant des informations d’actualité, acheter des billets de concert, lire les prévisions météorologiques, les résultats sportifs et les cours de la bourse. Toutefois, le taux d’utilisation de bon nombre de ces services n’a pas répondu aux attentes de l’entreprise, car il s’est avéré difficile de modifier le comportement des consommateurs ; beaucoup préféraient simplement utiliser le téléphone ou d’autres canaux conventionnels pour acheter leurs biens et services, une pratique courante à l’époque.

La première date « e-mail » et les premiers forums.

Le logo CompuServe

CompuServe est aussi la première fois que quelqu’un a écrit le mot « e-mail », contraction de « electronic mail ». Les utilisateurs de CompuServe s’abonnaient à son service et pouvaient payer par heure de connexion ou par texte envoyé, ce qui a entraîné l’apparition du terme.

Au fil du temps, des forums, des tableaux d’affichage sont apparus. Au début des années 1990, CompuServe est devenu célèbre pour ses plus de 450 forums d’assistance technique ; tous les grands développeurs de logiciels et fabricants d’ordinateurs, tels qu’IBM, Microsoft et 3Com Corporation, ont commencé à héberger leurs propres panneaux d’affichage pour partager des informations et répondre aux questions de leurs utilisateurs. Apple aussi, avec Steve Wozniak qui répondait lui-même aux questions des utilisateurs.

Au fil du temps, CompuServe a fait de ces communautés uniques sa base marketing. Ils ont diffusé des publicités dans des magazines, comme celle que vous voyez ci-dessous, qui affirmaient que « la nuit dernière », tous les amateurs de musique classique et les utilisateurs d’Apple se sont réunis à CompuServe.

Il a également créé une sorte de Netflix de l’information à l’époque, ce qui est en train d’être récupéré après l’arrivée des paywalls dans de nombreux journaux. En 1982, au moins 10 grands journaux proposaient des éditions en ligne via CompuServe, dont le Washington Post, le Los Angeles Times et le San Francisco Examiner.

Cette vidéo montre comment ce système d’information fonctionnait au début des années 1980 :

Au début de 1981, les dirigeants de CompuServe se targuaient de compter 10 000 abonnés. Au milieu des années 1990, les abonnés se comptaient par millions et les services aux consommateurs représentaient plus de la moitié des recettes de la société mère.

Mais, bien sûr, nous savons tous comment l’histoire s’est terminée.

De son rachat par AOL à sa dilution par l’avènement d’Internet.

CompuServe a commencé à faire face à une concurrence croissante, le coût des serveurs ayant baissé. Cependant, elle s’accroche toujours à ses taux horaires. Et, bien sûr, l’arrivée d’Internet a été le dernier clou de son cercueil.

Son service en ligne grand public a finalement été vendu à AOL, qui l’a abandonné peu après. Aujourd’hui, son site web est toujours ouvert en tant qu’agrégateur d’information de Yahoo !, qui a à son tour acquis AOL en 2021.

Afficher Masquer le sommaire