Cette ville d’Alaska ne reverra pas le soleil avant 2023

65 jours de “crépuscule” quasi total. C'est le temps incroyable que les habitants d'Utqiaġvik, une petite ville d'Alaska, devront attendre pour revoir la lumière du soleil, tout cela à cause d'une nuit polaire qui dure depuis longtemps. Il ne s'agit pas d'une situation tirée d'un livre de fantasy ou de science-fiction, non. Elle est réelle. Elle est réelle et a une explication très simple.

Utqiaġvik, anciennement connu sous le nom de Barrow et peuplé principalement d'Indiens Iñupiat, est situé dans la région la plus septentrionale de l'Alaska. Pour la localiser sur une carte, il suffit de se rendre à l'extrémité nord-ouest du continent américain, ce qui donne une idée de son éloignement du reste de la civilisation.

Comme vous pouvez l'imaginer, le climat y est également extrêmement froid. Les températures vont de -5 °C à -22 °C. Mais il n'y a pas que les basses températures, il y a aussi la durée de l'hiver en raison de sa situation géographique. Bien entendu, cette dernière influence également le moment où la lumière du soleil est présente.

Il est bien connu que certains endroits situés près du cercle arctique et antarctique ont moins d'heures d'ensoleillement à cette période de l'année. Pourquoi ? Parce que l'axe d'inclinaison de la Terre ne permet pas au soleil de s'élever suffisamment haut au-dessus de l'horizon, l'obscurité peut parfois persister pendant plus de 24 heures. Ce curieux phénomène est connu sous le nom de nuit polaire.

A lire :   Quelles sont les espèces animales qui ont survécu le plus longtemps ?

Nuit polaire à Utqiaġvik

Il est évident que la nuit polaire n'est pas un événement extraordinaire, loin s'en faut. Elle est courante aux pôles, et en fait les habitants d'Utqiaġvik sont habitués à une obscurité prolongée. La seule chose qui varie est la durée exacte pendant laquelle la lumière du soleil n'apparaît pas dans la région, mais en hiver, il est courant qu'elle dépasse deux mois.

Au cours de l'année actuelle, la nuit polaire à Utqiaġvik a donc commencé le 18 novembre dernier, et durera jusqu'au 23 janvier de l'année prochaine. Toutefois, les habitants ne pourront pas profiter longtemps de la lumière naturelle, car le soleil se couchera à nouveau quelques heures plus tard.

Pour nous qui vivons dans des régions complètement différentes du monde, la nuit polaire d'Utqiaġvik peut sembler impossible à supporter. Toutefois, comme indiqué ci-dessus, ils l'ont déjà envisagé et s'y préparent. Par exemple, en matière d'approvisionnement, ils stockent à l'avance la et les ressources nécessaires pour survivre pendant toute la saison. C'est essentiel car, en raison du froid extrême, il serait difficile de quitter la ville pour s'approvisionner.

A lire :   Question : Les dragons de "House of the Dragon" pourraient voler pour de vrai ?

Nuit polaire à Utqiaġvik

À quoi ressemble la vie “quotidienne” lors d'une nuit polaire qui dure 65 jours ? Au début de la publication, il est mentionné que le crépuscule est “presque total“. Ce qui se passe, c'est que, pendant une courte période de temps chaque jour, les habitants d'Utqiaġvik sont capables de voir le crépuscule. C'est-à-dire la période avant le lever du soleil ou après son coucher.

Pour les 4 500 habitants d'Utqiaġvik, ce bref intervalle est plus que suffisant pour réaliser certaines activités qu'ils feraient à d'autres moments de l'année pendant une journée normale.

Bien que cela puisse être difficile à comprendre, la nuit polaire à Utqiaġvik présente certains avantages. Par exemple, il est possible d'observer un ciel rempli d'étoiles brillantes. À condition, bien sûr, qu'il n'y ait pas de brouillard pour obstruer la vue. “Dans ces conditions, en l'absence de brouillard ou d'autres restrictions, les étoiles et les planètes les plus brillantes peuvent être vues, l'horizon et les objets terrestres peuvent être discernés et, dans de nombreux cas, l'éclairage artificiel n'est pas nécessaire”, mentionne le National Weather Service de l'Alaska (via Yahoo !).

A lire :   L'allergie à l'orgasme existe et constitue une nuisance.

Et si l'un des Iñupiat en vient à trop regretter la lumière du soleil, une grande compensation leur est offerte après l'hiver. En été, un phénomène totalement contraire à la nuit polaire se produit. On parle de “soleil de minuit”, lorsque la lumière naturelle est visible pendant plus de 24 heures.

L'Apple Watch face à une crise identitaire : un virage manqué ?

Voter pour cet article
Thomas De Luc

Je suis étudiant et je fais partie de la rédaction de contrepoint.info. J'ai la d'aimer écrire, cependant, j'aime aussi discuter de tous les sujets et particulièrement tout ce qui touche à la Science.