BeReal, le naturel ou une autre façon d’attaquer l’estime de soi ?

Les réseaux sociaux progressent à une vitesse vertigineuse. Certains, comme Messenger ou Fotolog, nous semblent presque préhistoriques. Puis sont apparus Tuenti et Facebook, l'un aujourd'hui disparu, l'autre modifiant considérablement ce qui est considéré comme son public. D'autres, comme Twitter et Instagram, sont à leur apogée, mais sans perdre de vue TikTok, dont les vidéos se sont imposées auprès des jeunes générations.

Dans ce maelström de changements de formats, BeReal, une application française qui offre ce qu’elle promet : des photos sans filtres, montrant la réalité de la personne derrière le réseau social, a fait irruption il y a tout juste deux ans.

C’est pourquoi BeReal est présenté comme un réseau social qui pourrait combattre les problèmes liés à la superficialité des autres réseaux sociaux. Les vies idylliques et les photos chargées de filtres deviennent une énorme source de problèmes d’estime de soi, surtout chez les jeunes utilisateurs. Tous ces problèmes disparaissent lorsque nous sommes confrontés à un réseau social où il est impossible de programmer des images.

Toutefois, d’autres peuvent survenir. Le fait que ce soit le réseau social qui décide du moment où les utilisateurs sont photographiés pourrait générer une certaine anxiété ou inciter certains jeunes (ou moins jeunes) à toujours essayer d’être parfaits afin d’apparaître de l’autre côté de l’appareil photo. C’est une question complexe, même s’il est indéniable que BeReal est une grande évolution au sein des réseaux sociaux.

Comment fonctionne BeReal

BeReal se distingue des autres réseaux sociaux par le fait que vous ne pouvez pas programmer les images que vous téléchargez. Nous ne pouvons pas chercher la tenue parfaite, le coucher de soleil parfait ou le meilleur petit-déjeuner cuisiné. BeReal montre la vie réelle de ses utilisateurs, avec ses bons et ses mauvais jours. Pour ce faire, une notification est envoyée aux personnes ayant un profil créé à différents moments de la journée. Ce n’est qu’ensuite que la photo peut être prise, pour laquelle les caméras avant et arrière sont activées. Cela permet de montrer non seulement la photo de l’utilisateur, mais aussi ce qu’il fait ou l’endroit où il se trouve.

On n’a pas le temps de prévoir une bonne photo. En effet, les followers de cette personne peuvent savoir si elle a mis trop de temps à prendre la photo ou si elle l’a supprimée. Ensuite, il reste visible pendant 24 heures, puis c’est le retour à la case départ. Bien entendu, il n’y a pas d’option pour les filtres ou tout autre type d’amélioration. La pure réalité.

Le problème des réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont un bon outil pour rester en contact avec des personnes du monde entier, pour trouver des informations sur l’actualité ou des sujets curieux, ou même pour trouver du travail. Chacun a sa fonction. Mais ils ont aussi un côté beaucoup plus sombre.

De nombreuses études suggèrent qu’ils peuvent causer un large éventail de préjudices. à leurs utilisateurs, de l’insomnie à l’anxiété, de la dépression aux problèmes d’estime de soi. Cela vaut pour tout le monde, mais surtout pour les adolescents et les jeunes adultes. Et cela peut arriver avec presque tous les réseaux sociaux, même si certains, comme Instagram, sont les plus susceptibles de déclencher ce type de problèmes. En fait, c’est précisément ce réseau social qui est considéré comme un facteur de risque pour le développement de troubles alimentaires chez les personnes vulnérables.

Malgré cela, il existe également des études qui soulignent que les réseaux sociaux sont un outil parfait sensibiliser les jeunes aux problèmes de santé mentale. Elles sont donc une arme à double tranchant et, en tant que telles, peuvent être canalisées dans une direction plus positive. C’est en partie ce que BeReal essaie de faire, bien que certaines considérations doivent être prises en compte.

Unsplash

Une tyrannie parsemée de complexes

Les avantages et les inconvénients de BeReal dépendent en grande partie de l’approche et de l’utilisation qui en est faite, ainsi que de la prédisposition de ses utilisateurs. Hipertextual a parlé de ce double sens avec Eli Soler un psychologue spécialisé dans l’adolescence. « L’idée initiale de l’application est de prendre les utilisateurs au dépourvu, et de prendre des photos qui capturent des moments réels, et non des moments préparés comme cela arrive dans d’autres applications », rappelle l’expert. « A priori, cela semble être une bonne idée, mais le fait que ce soit l’appli qui exige ou demande comment et quand prendre la photo peut créer une relation tyrannique ». En ce sens, elle souligne qu’il ne sert à rien que l’application pénalise si la photo n’est pas téléchargée à temps.

Quant à l’absence de filtres, le psychologue y voit un point positif. Le problème est que, si les utilisateurs de BeReal sont des jeunes qui avaient auparavant certains complexes quant à leur physique, cela « les conduit à toujours vouloir être prêts au cas où ils devraient prendre une photo, à toujours vouloir être bien soignés, maquillés et bien habillés ». Mais le problème ici est que « l’ère des filtres a créé encore plus d’insécurité à propos des soi-disant imperfections ».

BeReal apporte plus de bienfaits que de mal

Néanmoins, Eli Soler pense que BeReal apporte plus de bénéfices que de risques. « Je pense que, si elle réussit vraiment et a un impact, c’est un bon moyen de promouvoir la diversité et la beauté réelle une fois pour toutes, d’arrêter de simuler des vies parfaites et de laisser derrière soi l’ego que d’autres applications promeuvent ». En outre, étant donné qu’il s’agit d’un réseau social qui gagne beaucoup de terrain chez les jeunes, il permettrait de s’attaquer à ces problèmes dans la population la plus sensible.

En outre, même si nous insistons parfois pour considérer les jeunes comme faibles et vulnérables, ce sont eux qui ont eu le courage de mettre sur la table un problème très grave. « Nous, les adultes, trouverons probablement impensable de mettre en ligne une photo avec un pyjama et des cernes sous les yeux, mais rappelons-nous que les jeunes sont ceux qui ont été les plus courageux pour parler de sujets tels que l’anxiété de manière naturelle ». Pour toutes ces raisons, BeReal, même avec ses problèmes, pourrait être un pas en avant dans la lutte contre les stéréotypes que d’autres réseaux sociaux ont promus. « Nous verrons si, à terme, BeReal est un miroir de la réalité ou une autre guerre d’égos pour voir qui peut donner plus ». Nous devrons attendre et voir.

Afficher Masquer le sommaire