Accueil des Afghans : Gaël Perdriau n’y va pas de main morte avec Emmanuel Macron !

Le maire LR de Saint-Étienne a été l’invité ce mardi 14 septembre 2021 de Médiapart. Connu pour son respect en matière du droit d’asile, Gaël Perdriau s’en prend à Emmanuel Macron et à son gouvernement sur la gestion de la crise afghane. Selon lui, l’actuel chef de l’État et toute son équipe est indigne de faire face aux enjeux auxquels la France est confrontée.

Le maire LR de Saint-Étienne a été l’invité ce mardi 14 septembre 2021 de Médiapart. Connu pour son respect en matière du droit d’asile, Gaël Perdriau s’en prend à Emmanuel Macron et à son gouvernement sur la gestion de la crise afghane. Selon lui, l’actuel chef de l’État et toute son équipe est indigne de faire face aux enjeux auxquels la France est confrontée.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Gaël Perdriau (@gaelperdriau)

« La France ne s’honore pas »

Gaël Perdriau n’en revient pas. Il ne digère pas encore la manière dont la crise afghane a été gérée par le gouvernement. Invité sur l’émission « À l’air libre »’ de Médiapart, le maire stéphanois était en compagnie de Magali Guadalupe, l’avocate d’un collectif qui défend les anciens personnels civils de recrutement local (PCRL). Il s’agit de ces Afghans qui ont collaboré avec les troupes françaises et qui n’ont pas pu être évacués.

Pourtant, au lendemain de la prise de Kaboul par les talibans, Emmanuel Macron a promis dans son discours de 16 août 2021 d’évacuer tous ceux qui ont travaillé avec l’armée française. Selon l’avocate Magali Guadalupe Miranda, seuls ceux dont les contrats sont en cours ont été évacués. Ainsi, ceux dont les contrats se sont arrêtés il y a quelques années séjournent toujours en Afghanistan sous les menaces des talibans.

Un bilan qui révolte Gaël Perdriau. « La France ne s’honore pas par ses comportements », regrette-t-il. Le maire de Saint-Étienne fait une comparaison avec les harkis. Il s’agit de ces Algériens qui avaient collaboré avec le gouvernement français, mais qui ont été finalement laissés pour leur compte.

Le cynisme

Dans son intervention, Gaël Perdriau dénonce ce discours d’Emmanuel Macron qu’il juge limitatif. « C’est cynique parce que ça n’a pas été suivi d’effet. Certes, ces personnes ont un droit majeur et premier, mais ce discours est très limitatif. Il sous-entend qu’il y aurait les bons Afghans et les mauvais Afghans. Comment peut-on les trier ? », se demande-t-il.

« La France, le pays des droits de l’homme, doit la protection à tous ceux qui risquent leur vie là où ils sont en raison de leurs convictions politiques ou religieuses ou de leur orientation sexuelle. Limiter l’accueil dans ces conditions quand on est la France, de la part d’un président de la République, c’est tout bonnement inadmissible », déclare l’édile de droite.

Pour sa part, Gaël Perdriau et sa ville se disent disponibles pour ces réfugiés afghans. « Oui, Saint-Étienne propose d’accueillir ces réfugiés politiques, celles ou ceux qui risquent leur vie en raison de leurs convictions », a-t-il rassuré.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Gaël Perdriau (@gaelperdriau)

« Qu’est-ce que vous faites encore dans ce parti ? »

Au vu de ses propos, le maire de Saint-Étienne se démarque clairement de la ligne prônée par les figures de LR. Ce qui conduit certainement le journaliste à lui demander : « Qu’est-ce que vous faites encore dans ce parti ? »

En réponse à cette question, Gaël Perdriau affirme que ce sujet va au-delà des sensibilités politiques. « Cette question dépasse les clivages politiques et encore une fois, l’accueil fait partie des valeurs de la France que je défends. L’humanisme n’a pas de carte de parti politique », a-t-il déclaré.

Afficher Masquer le sommaire

Partagez votre avis