Connect with us

Rugby

Principauté un chaudron bouillonnant de fierté nationale galloise

Avatar

Published

on

Descendant des vallées comme des gnous vêtus de rouge, ils se faufilent dans les points d’eau de Cardiff, joue par bajoue avec un ami et un ennemi dans l’attente d’un autre grand après-midi dans la cathédrale de rugby de la ville, qui domine l’horizon du centre-ville de l’ouest en l’état. sentinelle au bord de la rivière Taff.

La gare, à une distance moyenne du stade, ressemble à une colonie de fourmis humaines les jours de match, tandis que ceux qui voyagent par avion doivent négocier les limites minuscules de l’aéroport de Cardiff, international de nom uniquement, avant de faire le voyage de 14 miles pour rejoindre le l’apparat vibrant qui consume la ville lorsque le sport occupe une place centrale.

Il n’y a aucun refuge, aucun coin tranquille et aucun n’est recherché; tout le monde a lu les petits caractères et comprend ce que le jour et la nuit vont réserver, heureux de s’abonner.

Regarder le flux humain implacable qui coule entre les bars et les sièges tout au long du jeu, des pintes transportées dans des supports pouvant en transporter six ou huit à la fois, offre un symposium saisissant de cerveaux et de muscles.

Ce n’est pas pour les timides, surtout après la ligne de partage des eaux, les derniers vestiges de la nuit se trouvant souvent dans la «chip alley».

Un fan du Pays de Galles bénéficie de l’atmosphère d’avant match pendant le match des Six Nations RBS entre le Pays de Galles et la France au stade de la Principauté de Cardiff, au Pays de Galles. Photographie: Stu Forster / Getty Images

Le stade de la Principauté a été reconstruit et rebaptisé généreusement à travers les âges, les itérations précédentes incluent le Millennium Stadium, le National Stadium, Cardiff Arms Park, le Arms Park ou le Great Park (pour donner au lieu son nom d’origine) mais quel que soit le nom qu’il porte, c’est fondamentalement un lieu de culte pour les fans de rugby.

Le football, la boxe, la ligue de rugby, le motocross, l’athlétisme, le cricket, les courses de lévriers, même les concerts ont été des intrus occasionnels de haut niveau – le club de Cardiff Lawn Bowls est sur place depuis 1923 – permettant à la ville d’accueillir des Jeux du Commonwealth, plusieurs anglais Finales de la FA Cup et de la Coupe de la Ligue, une finale de l’UEFA Champions League et des combats pour le titre mondial de boxe. Mais son âme appartient au rugby.

Le stade a succombé aux inondations du Taff à plusieurs moments de son histoire et aux bombes de la Luftwaffe pendant la seconde guerre mondiale qui ont détruit un ou deux stands et une partie des terrasses.

Jusqu’à la fin des années 60, l’équipe nationale et Cardiff RFC ont joué sur le même terrain avant qu’il ne soit décidé de construire un stade autonome dans un stade sur l’ancien terrain de cricket qui abriterait l’équipe du club. La capacité initiale du stade national était de 65 000 mais a été réduite à 53 000 à la suite du rapport Taylor post Hillsborough (1989).

La Welsh Rugby Union (WRU) s’est vite rendu compte qu’une nouvelle mise à niveau des installations et de la capacité était nécessaire, complétant le Millennium Stadium – l’orientation du terrain changée d’est-ouest en nord-sud – à temps pour la Coupe du monde de rugby 1999; le nouvel édifice est devenu le deuxième plus grand stade du monde avec un toit entièrement rétractable. En septembre 2015, le parrainage a décrété un changement de nom pour le stade de la Principauté.

Rues de la ville

C’est un synopsis en pot des briques et du mortier, un calendrier de rénovation qui transmet tout et rien. Le stade a toujours été axé sur les gens, quelle que soit la forme, et a réussi à conserver la capacité de captiver les «débutants». S’il n’y avait pas les portes, il serait difficile de distinguer le périmètre du stade des rues étroites de la ville, comme Westgate ou d’autres points d’accès comme Castle Street et Park Street.

Le centre-ville fait office de hall pour le stade avec ses équipements, notamment des monuments tels que l’hôtel Angel – c’était à l’origine l’hôtel Cardiff Arms Park qui a donné son nom au stade – ou l’hôtel Hilton, qui a abrité l’équipe d’Irlande ces derniers temps lorsque rester à Cardiff, y compris pour le match déterminant le Grand Chelem en 2009.

L'Irlandais Ronan O'Gara célèbre son but décisif lors de la célèbre victoire du Grand Chelem contre le Pays de Galles à Cardiff en 2009. Photographie: Dan Sheridan / Inpho

L’Irlandais Ronan O’Gara célèbre son but décisif lors de la célèbre victoire du Grand Chelem contre le Pays de Galles à Cardiff en 2009. Photographie: Dan Sheridan / Inpho

C’est là qu’à la veille de ce match du Grand Chelem Paddy ‘Rala’ O’Reilly l’ancien bagman a été ligoté, bâillonné, placé sur un chariot et descendu dans l’ascenseur, son trajet vers le hall ponctué en s’arrêtant à chaque étage du en bas, tout en étant filmé par ses bourreaux rieurs, les joueurs.

L’équipe irlandaise a eu une variété de bases, y compris Porthcawl, la ville balnéaire à environ 40 km de la côte avec son parcours de renommée mondiale à Royal Porthcawl qui était aimé de certains membres non-joueurs du groupe de voyage étendu.

Newport était une autre base, mais à l’ère professionnelle, une aversion pour le grondement du trafic le jour du match fait de l’emplacement du centre-ville le choix optimal.

Pour les partisans irlandais qui se sont rendus à Cardiff de la fin des années 60 au milieu des années 80, la défaite était le régime de base; Avant l’équipe gagnante de la Triple Couronne de Mick Doyle en 1985, le précédent succès irlandais en Principauté était une victoire de 3-0 en 1967.

La compensation pour les visiteurs était d’être en mesure d’assister de première main à la magie galloise, en particulier les demi-arrières légendaires, en apparence semblables à des personnages Subbuteo, petits mais parfaitement formés; les incroyablement doués Barry John, Gareth Edwards, Phil Bennett, l’ailier JJ Williams et l’arrière JPR Williams, pour n’en citer que quelques-uns, offraient l’accompagnement parfait à ceux qui travaillaient au front, y compris le célèbre frontrow Pontypool de Charlie Faulkner, Bobby Windsor et Graham Price . Le merveilleux numéro huit Mervyn Davies est un autre qui aurait pu honorer n’importe quelle époque.

Le stade de rugby de Cardiff Arms Park est prêt pour un grand match entre le Pays de Galles et l'Écosse, le 1er février 1935. Photographie: Fox Photos / Getty Images

Le stade de rugby de Cardiff Arms Park est prêt pour un grand match entre le Pays de Galles et l’Écosse, le 1er février 1935. Photographie: Fox Photos / Getty Images

Cardiff Arms Park en 1996. Photographie: Billy Stickland / Inpho

Cardiff Arms Park en 1996. Photographie: Billy Stickland / Inpho

Il était normal que Cardiff ait accueilli la plus célèbre victoire des Barbares de tous les temps, la victoire de 1973 sur la Nouvelle-Zélande, en s’appuyant sur les réalisations de l’équipe des Lions de 1971 qui a remporté la série Test contre les All Blacks. La bande originale de Cliff Morgan pour le merveilleux essai d’Edwards n’a pas été diminuée au fil des années.

Puis, comme si le destin exigeait un réalignement de la fortune dans les affrontements gallois-irlandais à Cardiff, les visiteurs en ont remporté neuf et ont fait match nul parmi les 10 matchs des Cinq / Six Nations – le match de 1999 a été joué à Wembley – entre 1985 et 2003 avant l’arrestation du Pays de Galles. la séquence en 2005, lorsque Mike Ruddock les a menés à un Grand Chelem, remportant une victoire de 32-20 contre l’Irlande.

Obscurité totale

Les supporters irlandais ont apprécié de nombreux moments de fête, le galop tendu de 75 mètres de Noel Mannion sur la ligne de touche, un qui a soulevé le toit quand il n’y en avait pas. En parlant de cela, le toit du stade devrait avoir un slogan qui lui est propre, ayant induit plus d’arguments qu’un spectacle de Jeremy Kyle.

Sur une note plus paroissiale, les anciennes installations de presse à l’époque d’Armes Park étaient assez rudimentaires. Une fois, cela impliquait de rester assis dans le noir absolu dans la tribune de presse parce que c’était le seul endroit où le téléphone portable de la taille de Dom Joly gérait un faible signal, envoyant la chronique de Murray Kidd à un copieur du journal Sunday Press tandis que «mes tuteurs », Les correspondants rugby, Karl Johnston (Irish Press), Sean Diffley (Irish Independent), Kieran Rooney (Evening Herald) et Ned van Esbeck (Irish Times), attendaient impatiemment de me ramener à Newport.

C’est une légère exagération car Karl et «Diffo», le travail de la journée achevé, auraient participé à un échantillonnage de whisky non scientifique, «Roons» vérifiant la bière blonde et / ou la bière, tandis que Ned, un pionnier et patient, pipe- fumeur, éternel chauffeur du groupe, aurait trouvé une tasse de thé et un coin tranquille dans le club-house de Cardiff. Là, en compagnie de Paul Rees du Guardian, ils discuteraient de tout ce qui concernait Arsenal.

De nos jours, les installations sont plus propices au travail mais dont le volume même garantit que le processus de relaxation d’après-match, le réchauffement, est d’une variété plus calme.

Une chose qui ne tolère aucun argument, c’est l’atmosphère. Les Gallois ont un mot, hwyl, qui se traduit par «un sentiment émouvant de motivation émotionnelle et d’énergie» qui se manifeste dans le chant des internationaux de rugby gallois, un lien galvanisant entre les supporters et l’équipe.

Rares sont ceux qui se lasseraient d’écouter la Marseillaise à Paris mais une interprétation de Hen Wlad Fy Nhadau (Land of My Fathers) à Cardiff est une expérience inoubliable qui ne déçoit jamais; cela a toujours été le cas quelle que soit la configuration du stade à l’époque. La chanson, Hymns and Arias de Max Boyce a une qualité mélodieuse et chantante, même pour les non-croyants.

Il peut être impossible de jeter une pierre et de ne pas frapper un choeur gallois en Principauté et il n’est donc pas surprenant que dans les moments d’émotion intense, une première idée soit d’ouvrir les tuyaux. La configuration du terrain et des tribunes signifie que les supporters sont très proches, favorisant une sensation légèrement claustrophobe pour les joueurs.

L'Irlande contre la France à la Coupe du Monde de Rugby 2015 dans le Millennium Stadium de l'époque.  Jamie Heaslip a déclaré: «C'était« une atmosphère qui surpassait à peu près tout ce que j'ai joué »alors que l'Irlande avait remporté une victoire célèbre.  Photographie: James Crombie / Inpho

L’Irlande contre la France à la Coupe du Monde de Rugby 2015 dans le Millennium Stadium de l’époque. Jamie Heaslip a déclaré: «C’était« une atmosphère qui surpassait à peu près tout ce que j’ai joué »alors que l’Irlande avait remporté une victoire célèbre. Photographie: James Crombie / Inpho

Cardiff occupe une place très spéciale dans l’histoire du rugby provincial irlandais puisque Munster y a remporté ses deux Coupes Heineken en 2006 et 2008, des triomphes mémorables contre le premier, Biarritz Olympique, puis Toulouse. Leinster a emboîté le pas en 2010 avec le remarquable retour en seconde période inspiré de Johnny Sexton contre les Northampton Saints après que leurs espoirs semblaient désespérés à l’intervalle.

Entre les deux, l’Irlande de Declan Kidney a remporté le deuxième Grand Chelem de son histoire (2009) et en 2015, sous la direction de Joe Schmidt, une équipe irlandaise a remporté une toute première victoire contre la France dans un match de Coupe du monde de rugby.

Les collisions étaient brutales, sauvages et violentes en intensité et, en tant que concours, cela entraînerait un lourd tribut d’un point de vue irlandais. Jonathan Sexton, Paul O’Connell (son dernier match sous le maillot vert) et Peter O’Mahony ont raté la défaite en quart de finale face à l’Argentine en raison de blessures subies lors de ce match.

Le soufre du terrain se dirigeait vers les gradins, les niveaux de bruit parfois assourdissants. Jamie Heaslip a déclaré: «C’était« une atmosphère qui surpassait à peu près tout ce que j’ai joué ». Cela s’est avéré une victoire à la Pyrrhus mais c’était toujours une expérience qui ne sera pas oubliée.

Tout comme Cardiff elle-même, une ville qui prend vie les jours de grands matches, avec le stade comme point central; il y a peu ou pas de meilleurs endroits pour profiter d’un match de rugby.

  • Asmodee SDE : Beatrice la Reine Sorciere, Boss de Donjon
    nichee au plus profond du bosquet des sorcieres, lrassemblee des sorcieres glousse autour de ses chaudrons bouillonnants. beatrice maitrise toutes les maledictions et les veroles qui existent. juchee sur son chariot de citrouilles, elle parcourt les sombres cieux a la recherche de heros pour les contaminer
  • Asmodee La Nuit des Voleurs
    bienvenue a hadria, fierte du nord, bouillonnant de lractivite intense de riches marchands, de consciencieux bourgeois, dringenieux inventeurs... et drhabiles voleurs. lrempereur lucius iv est en visite dans la ville et a amene avec lui le joyau de lrempereur, tresor le plus precieux du royaume. les voleurs
Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rugby

L’heure est venue pour la star des All Blacks de prendre une décision sur l’avenir du Super Rugby

Avatar

Published

on

By

Lorsque Jordie Barrett a signé son dernier contrat avec New Zealand Rugby il y a presque un an jour pour jour, une clause a été incluse qui permettait aux All Black de 17 casquettes de changer de club de Super Rugby après un an avec les Hurricanes. Cette année touche lentement à sa fin et Barrett devra bientôt décider où se trouve son avenir.

Alors que les Hurricanes ont nourri le joueur de 23 ans depuis qu’il a signé pour la première fois avec la franchise en 2017, c’est avec Canterbury que le talentueux utilitaire s’est annoncé au public néo-zélandais à travers des expositions impressionnantes lors de la campagne de la Coupe Mitre 10 2016.

Barrett étudiait à l’Université Lincoln, sur les traces de son frère aîné Scott, et l’entraîneur de Canterbury Glen Delaney a sagement inclus le plus jeune frère Barrett dans son équipe provinciale pour la saison 2016. Barrett a continué à jouer un rôle de premier plan dans la course de Canterbury qui a remporté le titre et a été nommé joueur de l’année à la Coupe Mitre 10.

Espaceur vidéo

Ross Karl est rejoint par Brad Weber des Chiefs et James Parsons des Blues cette semaine alors qu’ils réfléchissent à une autre semaine serrée en Super Rugby Aotearoa et se préparent à une autre grande ronde de matchs.

Alors que les Croisés étaient naturellement déterminés à garder Barrett dans la région, il a pris la décision de se diriger vers le nord vers les Hurricanes – le côté qu’il a soutenu tout au long de son enfance – et de se lier avec son frère Beauden.

Beauden joue maintenant pour les Blues (et passera 2021) au Japon tandis que Scott a été nommé capitaine des Crusaders avant la saison 2020 et restera avec les champions de Super Rugby jusqu’en 2023 au moins.

Jordie a maintenant une décision massive à prendre – restera-t-il avec les Hurricanes dans un avenir prévisible ou un changement se profile-t-il à l’horizon?

Le directeur général des Hurricanes, Avan Lee, est convaincu qu’il pourra retenir les services du plus jeune Barrett pour 2021 et au-delà, malgré la clause contractuelle.

«Nous avons dit tout au long que Jordie est vraiment heureux ici, et qu’il joue le meilleur rugby de sa vie», a déclaré Lee à Stuff. Il dialogue régulièrement avec Alfie [coach Jason Holland]. Nous savons que ces gars ont des choix, mais nous sommes convaincus que Jordie sera avec nous à l’avenir.

«Nous nous rendons compte qu’il y a de l’intérêt d’autres clubs. Je pense que les quatre clubs seraient heureux d’avoir Jordie Barrett dans leur alignement s’ils le pouvaient. Certainement un club a fait connaître son intérêt, mais nous sommes convaincus que Jordie est un ouragan et aime l’équipe, et nous ne sommes pas trop inquiets [that Barrett will depart]. »

Lee a raison de suggérer que l’un des clubs de Super Rugby gagnerait énormément à l’ajout de Barrett.

Matt Duffie, qui alignera les Blues à l’arrière pour la deuxième semaine consécutive dimanche après-midi, se rendra au Honda Heat au Japon la saison prochaine tandis que l’équipe d’Auckland avait également Joe Marchant dans ses livres pour une période cette année. Ils seront sans Beauden pour 2021 et les cinq premières options Harry Plummer est également hors contrat à la fin de la saison. Cela crée beaucoup d’espace pour Jordie pour suivre son frère chez les Blues, s’il choisit de le faire.

Plus au sud, Brad Weber, Anton Lienert-Brown et Damian McKenzie sont probablement les seules sélections garanties dans la ligne arrière des Chiefs et Aaron Cruden quitte à nouveau les côtes néo-zélandaises. Une combinaison Barrett-McKenzie dans la ligne arrière pourrait causer des ravages pour les équipes en défense – bien qu’il soit difficile de dire quelle combinaison de position conviendrait le mieux aux deux jeunes.

Les Highlanders, quant à eux, sont toujours en mode de récupération après avoir perdu une foule de joueurs expérimentés à la suite de la Coupe du monde de rugby 2019. Ils ont régulièrement coupé et changé de milieu de terrain et de dos trois tout au long de l’année, tandis que Barrett pourrait ajouter une certaine stabilité à l’arrière du terrain.

Les Crusaders sont les plus bien achalandés dans le dos de toutes les équipes néo-zélandaises avec des options All Black disponibles pour jouer dans toutes les positions du maillot de 9 à 15 – mais ils savoureraient toujours l’occasion d’ajouter Barrett à leur collection de joueurs talentueux. .

Il ne fait aucun doute que les cinq équipes néo-zélandaises seront intéressées par la perspective d’avoir Barrett sur leur liste l’année prochaine et où se terminera l’option utilitaire est à deviner.

Selon le succès des trois derniers matchs des Hurricanes du Super Rugby Aotearoa, ils pourraient avoir un impact sur la décision de Barrett, mais l’argent en sécurité resterait sur lui pour rester dans la capitale.

Là encore, l’argent en sécurité était également sur Beauden re-signer avec les Hurricanes – et nous savons comment cela s’est avéré.

conseillé

Plus de nouvelles Plus de nouvelles

Liste de diffusion

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion pour un résumé hebdomadaire du vaste monde du rugby.

S’inscrire maintenant

  • Table de jardin Black Star extensible L150 Full verre noir
    Meuble style : Mobilier d'extérieurStructure : Aluminium et verre.Finition : Laqué noirDescriptif : Table de jardin Black star extensible L150 en aluminium laqué noir dont le plateau est en verre incassable noir. Cette table vous permettra d'accueillir 8 à12 personnes.Dimensions table : 150/240*75*90 (L*H*P)
  • FredsBruder All In Sac à main porté à l'épaule cuir 34 cm Black
    Cet article de FredsBruder mesure 34 x 14 x 22 cm. On poids est de 1 kg et son nom de couleur est Black.
Continue Reading

Rugby

SunLive – Les enfants d’Eastern Bay bénéficieront du module RIP Rugby

Avatar

Published

on

By

Le lundi 3 août, environ 230 garçons et filles des écoles primaires et intermédiaires prendront part au premier module de rugby Eastern Bay RIP au Rex Morpeth Park à Whakatane.

«Les écoles concernées sont toutes moins scolarisées et sont principalement des écoles de plus petite taille», déclare un porte-parole du RIP Rugby. « Joué pendant quatre lundis consécutifs de 15h30 à 17h00, les enfants pourront découvrir le rugby RIP, certains pour la toute première fois. »

RIP Rugby, ou quick rip comme on l’appelait auparavant, est une version du rugby à 7, sauf qu’il se joue sur un demi-terrain et qu’il n’y a pas de tacle.

«Au lieu de cela, les joueurs portent une ceinture velcro autour de leur taille avec deux étiquettes, une sur chaque hanche. Il y a des coups de pied autorisés, des mêlées à trois personnes non contestées où l’équipe de nourrissage gagne le ballon et se dispute, mais pas d’alignement de levage.

«Advantage peut être joué et à mesure que les enfants s’améliorent, cela peut devenir rapide et excitant. Compte tenu de la nature sans contact, les équipes sont mixtes, les garçons et les filles jouant ensemble.

L’autre particularité de cette compétition est qu’elle n’est pas compétitive. Les équipes peuvent garder le score si elles le souhaitent, mais il n’y a pas de points proposés, pas de table et pas de vainqueur à la fin.

«C’est une période passionnante pour le rugby junior d’Eastern Bay», déclare Pat Rae, responsable du Community Rugby. «Bien que nous ayons eu des jours de rippa rugby dans le passé, nous n’avons jamais eu un module consécutif complet de quatre semaines auparavant.

«L’autre chose passionnante à ce sujet est que nous avons délibérément ciblé les écoles de rugby non traditionnelles, les petites écoles, les écoles avec des enfants qui viennent de communautés qui n’auraient pas autrement l’occasion de pratiquer un sport organisé.

«Voici une version du rugby amusante, sûre, impliquant garçons et filles et facile à impliquer. Côté équipement, Bay of Plenty Rugby offre tout. Les enfants, leurs mamans et leurs papas peuvent simplement trouver leurs équipes dans le tirage au sort, se balancer 10 à 15 minutes à l’avance et jouer », explique Pat.

Moana Hona-Rangiaho, une résidente de Kawerau, est l’idée originale et la force motrice du concept.

«Moana a été formidable pour le rugby junior d’Eastern Bay», déclare Pat. «Elle et les délégués de son comité de bénévoles ont joué un rôle déterminant dans la mise en place du rugby junior du samedi matin le week-end dernier et Moana a suscité l’enthousiasme pour que ce module RIP Rugby décolle.

Les arbitres de ce module seront également tous nouveaux.

«Un certain nombre de joueurs de rugby actuels du secondaire ont gentiment offert de soutenir leurs jeunes pairs en prenant la relève d’arbitre. Tout comme les joueurs apprendront, ces arbitres le feront aussi et en prime, ils recevront une petite somme d’argent de poche pour les récompenser de leur service », explique Pat.

«Arbitrage RIP rugby offre aux nouveaux arbitres une option plus douce pour commencer une carrière d’arbitre au lieu d’apprendre à être arbitre dans la version complète du tacle du jeu», déclare Cam Russell, responsable du développement des volontaires communautaires. «Les compétences sont les mêmes, sans avoir à se soucier des tacles sûrs ou des mêlées disputées.

«Il est vraiment important que nous soutenions ces élèves du secondaire qui se lancent dans leur carrière d’arbitre pour ajouter à leur carrière de joueur.

«Leur offrir une expérience vraiment amusante est primordial pour s’assurer que ces types de modules peuvent être des services avec des arbitres qui reçoivent une formation de qualité afin que les enfants qui jouent puissent également s’amuser.»

  • Rip Curl - Women's Blanco Bay Relaxed L/SL - Lycra taille 10, noir
    Rip Curl - Women's Blanco Bay Relaxed L/SL - Lycra - couleur Noir, taille 10, matériau: Matériau principal: 80% polyamide, 20% élasthanne; Autres offres de Rip Curl - à Alpiniste.fr
  • Vipack Lit en Bois 1 Place Enfant et Ado 90 x 200 cm Milan – Blanc
    Le lit en bois de chez Vipack mesure 206 cm de longueur, 96 cm de largeur et 76 cm de hauteur. Il est constitué de panneaux de particules mélaminés. Il est idéal...
Continue Reading

Rugby

Union de rugby Shute Shield: les Fidjiens de la montagne ne connaissent qu’une seule voie pour les feux de forêt | Newcastle Herald

Avatar

Published

on

By

actualités, actualités locales,

Cela fait près d’une décennie que Seva Rokobaro a joué aux côtés des superstars Johnny Wilkinson et Matt Giteau aux grands voleurs français de Toulon. Cette expérience – apprendre des meilleurs du monde – reste l’un des temps forts de la carrière de la serrure fidjienne. « Vous pouvez voir et comprendre pourquoi ils atteignent ce niveau », a déclaré Rokobaro. « Vous ne pouvez pas dépasser Johnny Wilkinson. Les joueurs comme celui-là se comportent d’une certaine manière. Tout dépend du jour du match et de la façon dont vous prenez soin de votre corps. » Mais ce sont les relations que Rokobaro a établies deux ans auparavant avec le club français de troisième division de Pergueux qui ont permis au joueur de près de 42 ans de toujours concourir – et de jouer – pour les Hunter Wildfires. Rokobaro débutera à écluse contre l’Université de Sydney au terrain de sport n ° 2 samedi – un incroyable 18 ans après avoir fait ses débuts avec Shute Shield pour Gordon. « J’avais un couple d’amis avec qui j’ai joué en France et qui sont décédés à cause d’une vie insalubre », a-t-il déclaré. « C’est le seul moyen que je connaisse pour rester actif et continuer à tourner. Une alimentation et une vie saine sont mes plus grandes choses. Sans un conditionnement adéquat, vous ne pouvez pas profiter du jeu. J’adore le jeu. Il est difficile de laisser tomber.  » Après avoir joué sur le banc au premier tour, Rokobaro a ajouté de l’acier, de la puissance et de l’expérience au deuxième rang lors de la défaite 46-11 contre Eastwood – l’un des trois clubs Shute Shield dans lesquels il a joué avant de déménager à Newcastle en 2015. Il était un rock. derrière Nick Dobson dans le côté de la tête serrée de la mêlée, s’est précipité hors de la ligne pour lancer des tirs en défense et a porté le ballon vers l’avant. Les Wildfires ont traîné Eastwood seulement 13-11 quand il a été remplacé après 52 minutes. « Il n’y a pas de raccourcis », a déclaré l’homme de montagne de 120 kilos et 195 cm. « J’ai joué pas mal au deuxième rang et je sais ce qui est nécessaire pour stabiliser la mêlée. Il y a un processus que vous devez suivre. » Nous avons une équipe jeune, une équipe excitante, et vous devez leur montrer ce petit peu. de confiance. Cela crée du caractère. « LIRE LA SUITE: BRADFORD ACCROCHE UN NOUVEAU RÔLE EN SAVOIR PLUS: ADAPTER FILIPO DANS LE CADRE POUR LES APPELS EN SAVOIR PLUS: L’ENTRAÎNEUR CONFIDENT WILDFIRES GAINING MOMENTUM EN SAVOIR PLUS: LES APPELS TÉLÉPHONIQUES PAYENT DES DIVIDENDES POUR LES FEUX SAUVAGES EN SAVOIR PLUS: MELBOURNE RECRUITS Wild boss POUR CRÉER DEP Scott Coleman est entraîneur de Rokobaro depuis 2015 et est constamment époustouflé par son éthique de travail. « Sa volonté de compétition est incroyable », a déclaré Coleman. « Il est chauffeur de camion interétatique et ne peut pas s’entraîner certaines nuits. Il conduira d’ici à Melbourne et au lieu de se reposer, il ira à la gym ou fera du jogging. Après un match, il est aux bains Merewether à 18 heures pour récupérer. « Sur le terrain, il soulève pour toujours la barre. Vous lui lancez un défi et il l’accepte, puis il dit: donnez-moi plus. Ses huit dernières années ont été comme un attaquant lâche. Pour être jeté dans la deuxième rangée du côté droit de la mêlée et gérer cette pression tout en ayant toujours un nombre élevé de portées de balle est phénoménale.  » Coleman a apporté quatre changements à l’équipe qui a maintenu Eastwood à 13-11 pendant 55 minutes avant de descendre 46-11. Phil Bradford commence à talonner pour Chris Ale (mollet déchiré), Pernell Filipo remplace Taulogo Lalaga (ischio-jambiers) à l’intérieur du centre et Brendan Holliday passe du demi-papillon à l’arrière pour couvrir Chad Northcott (travail). Connor Mulhearn est le nouveau n ° 10 et Sitiveni Waqa a été récompensé pour un effort d’homme du match en deuxième année lors de la victoire sur Eastwood avec une place du côté de la mêlée. Lachy Miller abandonne. Rokobaro a déménagé de Fidji à l’Australie en 2001 pour jouer pour St Ives dans la compétition de banlieue de Sydney. Il a rejoint Gordon un an plus tard et a passé trois saisons aux Highlanders, d’où il a été sélectionné pour disputer quatre tests pour les Fidji en 2004-05. Après quatre ans en France (2008-2012), Rokobaro est retourné à Sydney et lorsqu’il a quitté Parramatta pour Hamilton en 2015, il pensait que ses jours Shute Shield étaient terminés. « Obtenir cette opportunité pour moi, c’est excitant », a-t-il déclaré. « C’est une bonne chose non seulement pour moi, mais aussi pour la région. Cela introduit les joueurs au niveau supérieur du rugby. Devoir affronter des adversaires de qualité en fait de meilleurs joueurs. Nous avons affronté deux équipes qui jouent un style de football différent. Ce sera encore différent. Sydney Uni est une question de broyage et d’usure des équipes. Ils sont très précis. Leur exécution est presque parfaite. Nous devons jouer les 80 minutes entières et ne pas leur donner de possession bon marché.  » Feux de forêt: 1 Dave Puchert, 2 Phiil Bradford, 3 Nick Dobson, 4 Adam Edwards, 5 Seva Rokobaro, 6 Shawn Ingle, 7 Sitiveni Waqa, 8 Ben Ham, 9 Mahe Fangupo, 10 Connor Mulhearn, 11 Buserau, 12 Pernell Filipo, 13 Hayden Cole, 14 Nimi Qio, 15 Brendan Holliday, 16 Steve Lamont, 17 Dave Waller, 18 Daniel Davies, 19 Alec Corcoran, 20 Piers Morrell, 21 Marlon Solofuti, 22 Charles Fielder, 23 TBC Pendant que vous êtes avec nous, avez-vous savez-vous que le Newcastle Herald propose des alertes de dernière minute, des bulletins d’information quotidiens par courrier électronique et plus encore? Tenez-vous au courant de toutes les nouvelles locales – inscrivez-vous ici DANS D’AUTRES NOUVELLES

https://nnimgt-a.akamaihd.net/transform/v1/crop/frm/AVQVfAtGgzehhK8J9F6uCU/ffea298c-9f8d-433a-8ad7-c80092f2896a.jpg/r337_179_3154_1771_jpg_w1200m

  • superbijoux Pendentif Ballon de Rugby en argent 925°/00 + chaîne
    Pendentif ballon de rugby rugbymen en argent 925°/00  + chaineModèle : Pendentif ballon de rugbyLe pendentif ballon de rugby en argent est le cadeau idéal pour tous les passionnés affichés du ballon ovale , qu'ils soient toulousains , de Bourgoin j
  • The Altar Boys (English Edition)
Continue Reading

Trending

Copyright © 2020 Contrepoint & Virgules News. Tous droits réservés.