Le journal Le Monde a posé plusieurs questions sur l’enseignement supérieur dans le monde à Jamil Salmi, qui travaille à la Banque mondiale. On retiendra entre autre que selon lui, les universités virtuelles ne peuvent pas remplacer l’enseignement traditionnel et que, face à la pression des classements internationaux, il faut mettre en garde les pays sur le risque de créer une ou deux universités de rang mondial en dépouillant les universités locales qui sont déjà démunies.

FacebookTwitterShare